MENU
Accueil
Deliveroo : le poisson d’avril qui ne passe (vraiment) pas
Écouter le direct
credit : SOPA Images
credit : SOPA Images ©Getty

Deliveroo : le poisson d’avril qui ne passe (vraiment) pas

La plateforme de livraison a fait croire à plusieurs de ses clients qu'ils allaient être débités de près de 500€ !

Le 1er avril laisse toujours des traces, soit pour ces blagues d’anthologie, soit pour ces blagues pourries. Alors que Burger King a frappé une nouvelle fois, avec un excellent marketing qui trollait son concurrent direct McDonald’s, la plateforme de livraison Deliveroo est, elle, allée trop loin. 

Deliveroo enchaine les échecs

Rien ne va pour Deliveroo en ce moment. Les livreurs de la plateforme ont manifesté la semaine dernière pour dénoncer leurs conditions de travail, et l’introduction en bourse de la marque ce mercredi a été catastrophique. En vingt minutes seulement, l’action avait perdu 30% de sa valeur. 

Pour ne rien arranger, Deliveroo a fait le bad buzz à l’occasion du 1er avril. Plusieurs de ses clients ont reçu un mail à l’improviste leur signalant que leur commande avait bien été prise en compte. Mais quelle commande ? Ils n’avaient pourtant rien demandé alors beaucoup ont cru à une arnaque. Similaire trait pour trait au mail officiel, il est inscrit que 38 pizzas aux anchois et à la mozzarella étaient en cours de livraison. S’ajoutent à cela 50 sauces piquantes, le tout pour 466,40€, livraison offerte, faut pas abuser. 

"Plus gros coup de pression de ma vie"

Même si la mention d’un poisson d’avril était inscrite tout en bas du mail, en petits caractères, beaucoup de clients, pris de panique, n’ont pas pris le temps de lire tout le texte. Ils ont alors appelé leur banque et certains ont même fait opposition sur leur carte bleue. Une blague de mauvais goût qui a tout de suite fait réagir sur Twitter. Des internautes en colère disent qu’ils boycotteront Deliveroo à l'avenir pour se tourner vers Uber Eats, d’autres parlent du "coup de pression" et de la "crise cardiaque" qu’ils ont eu en voyant la facteur. 

Ce n’est que quelques heures après le premier mail que Deliveroo a renvoyé un courrier électronique pour expliquer clairement la blague. Un coup de com’ de mauvais goût qui n’arrange pas l’image de la marque.