MENU
Accueil
Coronavirus : un quart de la population parisienne a quitté la ville
Écouter le direct
Les bouchons autour de Paris - Gilles BASSIGNAC/Gamma-Rapho via Getty Images
Les bouchons autour de Paris - Gilles BASSIGNAC/Gamma-Rapho via Getty Images ©Getty

Coronavirus : un quart de la population parisienne a quitté la ville

Une étude de l'Insee, basée sur les données de géolocalisation fournies par Orange, met en évidence un véritable exode de la population et plus particulièrement des parisiens, quelques heures avant le début du confinement

Le lundi 16 mars, Emmanuel Macron annonçait le début du confinement à partir du mardi 17 mars à 12h, cette annonce a provoqué un afflux de la population dans les gares et sur les routes avec près de 200km de bouchons enregistrés le lundi soir, selon une étude réalisée par l’Insee, sur la base des données de géolocalisation fournies par Orange.

L'opérateur de téléphonie a décidé de communiquer ces données au vu de la situation exceptionnelle de crise sanitaire. Cette étude met en évidence une nouvelle répartition de la population :

"Ces déplacements ont conduit à une nouvelle répartition de la population présente sur le territoire qu’il est important de documenter. Il s’agit d’informations utiles à la décision publique, notamment pour dimensionner l’offre de soins et de services sur le territoire__"

Cette étude porte sur l'ensemble du territoire, après analyses des données, ce sont près de 1,4 million de résidents métropolitains qui ont quitté un département où ils étaient de passage pour rejoindre leur département de résidence. Soit :

De -0,9 % à -1,5 % de population en moins sur le territoire.

Les départements de sport d'hiver se sont vidés avec la fermeture des stations et les départs des skieurs et des travailleurs saisonniers vers le reste du territoire et l'étranger. Le département où il y a eu le plus de départ est, sans surprise, la capitale.

Paris s'est vidé de ses habitants

Une attitude qui a été très critiquée, les parisiens ont pris la poudre d'escampette pour rejoindre la campagne, le bord de mer, les maisons de famille, secondaires ou louées pour l’occasion. Ainsi, 17 % des parisiens auraient quitté Paris entre le dimanche 15 et le lundi 16 mars. Ce qui représente entre 580 000 et 610 000 personnes de moins.

Où sont passés les parisiens ?

“Par rapport à avant le confinement, on retrouve plus de résidents parisiens et d’habitants des Hauts-de-Seine en Normandie, en Bourgogne, dans le Centre, la Bretagne et dans les autres départements du littoral atlantique, leurs zones habituelles de résidence secondaire”.

Pour le sociologue Jean Viard, interrogé par l'AFP, cet exode parisien ce n'est pas étonnant : 

"Historiquement, les  bourgeoisies urbaines ont toujours eu une maison à une journée de cheval  pour pouvoir mettre leur famille à l’abri en cas de peste ou de  chaleur. () En 1939, nombre de bourgeois se sont acheté des demeures à  la campagne, pour aller y passer la guerre en cas de victoire des nazis."