MENU
Accueil
#BalanceTonYoutubeur : la parole se libère
Écouter le direct
#BalanceTonYoutubeur : la parole se libère
#BalanceTonYoutubeur : la parole se libère ©Radio France

#BalanceTonYoutubeur : la parole se libère

Le nom de plusieurs YouTubeurs revient

Après avoir agité la toile avec un Tweet dans lequel il dénonce les YouTubeurs qui profiteraient de la vulnérabilité de certains de leurs abonnées , Squeezie  a provoqué une onde de choc dans leur microcosme. Depuis, peu à peu, la parole se libère grâce au hashtag #BalanceTonYoutubeur.

Hier (mercredi 8 août), quelques noms de YouTubeurs stars sont revenus dans les colonnes du Parisien  . Plusieurs adolescentes contactées par le journal "avant même l'intervention de Squeezie", témoignent. Certaines accusent le YouTubeur WassFreestyle  (2 millions d'abonnés), spécialisé dans le foot freestyle, de leur avoir fait des propositions douteuses. L'une d'elles, âgée de 16 ans au moment des faits, raconte au quotidien :

"J’accompagnais une amie au concert de Shawn Mendes à Paris (NDLR : le 24 mai 2017). J’ai croisé Wassim en descendant les marches du métro. Il m’a proposé d’aller plus loin afin de faire un selfie avec un plus joli décor. Après, j’allais partir mais il m’a demandé de rester, il voulait me mettre dans sa story et que je l’identifie pour qu’il me retrouve." Et de poursuivre , "Il a commencé à me dire que j’étais une de ses plus jolies abonnées, il faisait des remarques sur mon corps. Il m’a dit de ne rien dire à personne car il pouvait avoir des problèmes."

Le Parisien  publie d'ailleurs pour preuve, une photo des échanges entre la jeune femme et le YouTubeur  sur Snapchat. On peut notamment y lire de la part d'un prénommé "Wass" : "Tu sais j'ai 30 ans. J'ai limite honte de te parler mais c'est trop bizarre tu as quelque chose de particulier."

Une autre jeune fille de 15 ans à l'époque , raconte à propos de WassFreestyle, "Un soir, j’étais à McDo avec une copine. A une table, il y avait des youtubeurs dont Wass Freestyle. Quelques minutes plus tard, il est venu s’asseoir à côté de moi pour que je lui prête mon chargeur. Nous étions gênées car il nous disait qu’on était belles, puis demandait ce qu’on faisait toutes seules à cette heure-. Quand j’ai dit qu’on devait partir, il m’a dit c’est dommage, je vous aurais bien ramené chez moi."

Parmi les noms de YouTubeurs, ressort  notamment celui deAnthox Colaboy,  spécialisé dans la critique de vidéos postées sur internet. Une jeune fille, appelée Léa dans l'article, explique avoir été contactée sur Twitter par le YouTubeur. "Tu vas sans doute trouver ça con mais tu es vachement belle. " Progressivement les discussions dérivaient constamment vers le sexe. Capture d'écran à l'appui, Anthox Colaboy a même envoyé à l'adolescente une photo de lui dans son bain.

Le vidéaste Math Podcast sévissait lui aussi sur les réseaux sociaux. La capture d'un chat via Messenger, intitulé "boobs 1"  le montre échanger avec deux filles, auxquelles il demande d'envoyer une photo de leurs seins. De son côté, Efkan Kurnaz, et sa chaîne de musculation From Human to God  suivie par plus de 300 000 abonnés, est également cité dans l'enquête du journal, pour avoir demandé à une jeune femme de lui envoyer une vidéo d'elle.

Celui-ci s'est d'ailleurs défendu des accusations du Parisien , dans une vidéo postée hier sur YouTube.

D'autres YouTubeurs, comme Tibo InShape , préfèrent quant à eux anticiper toute polémique :

Affaire à suivre...

Crédit photo : Aytac Unal / ANADOLU AGENCY