MENU
Accueil
26 % des Français pensent que le coronavirus a été fabriqué en laboratoire
Écouter le direct
Le coronavirus est d'origine naturelle - Daniel Bockwoldt/picture alliance via Getty Images
Le coronavirus est d'origine naturelle - Daniel Bockwoldt/picture alliance via Getty Images ©Getty

26 % des Français pensent que le coronavirus a été fabriqué en laboratoire

Selon une enquête réalisée par l’Ifop pour la Fondation Jean-Jaurès et Conspiracy Watch, la théorie du complot a de beaux jours devant elle, un quart des français pensent (à tort) que le coronavirus a été fabriqué en laboratoire.

Une enquête américaine du Pew Researh Center a inspiré l'enquête d'opinion menée par l'Ifop pour la Fondation Jean-Jaurès et Conspiracy Watch : "L'enquête menée outre-atlantique, publiée le 17 mars, révélait que 29 % des adultes américains pensaient que le virus avait été fabriqué en laboratoire."

Du côté français, l'Ifop a réalisé l'enquête d'opinion du 24 au 26 mars, auprès d’un échantillon de 1008 personnes de plus de 18 ans, selon la méthode des quotas (méthode d'échantillonnage qui consiste à s'assurer de la représentativité d'un échantillon en lui affectant une structure similaire à celle de la population de base) .

L'étude, publiée le 28 mars met en évidence les mêmes conclusions :

Plus d’un quart, soit 26 %, des Français pensent que le nouveau coronavirus a été fabriqué en laboratoire, dont 17 % intentionnellement. 

En d’autres termes, les Français ne seraient pas beaucoup moins "complotistes" que les Américains sur l’origine du coronavirus :

Etude de l'Ifop sur le Covid-19 - Conspiracy Watch
Etude de l'Ifop sur le Covid-19 - Conspiracy Watch

Un profil type, plus perméable au complotisme se dégage : 

- Les plus jeunes sont plus sensibles à la diffusion d’une lecture de type conspirationniste de cette épidémie, puisque 27 % des moins de 35 ans pensent que le virus a été développé intentionnellement dans un laboratoire contre seulement 6 % des plus de 65 ans.

Cela s'explique par le fait que les jeunes générations s'informent principalement par les réseaux sociaux, principaux vecteurs de propagation des fake news, alors que les générations plus âgées restent fidèles aux médias traditionnels (TV, radio). 

- Les catégories sociales les plus défavorisées sont elles 22 % à croire que le virus a été fabriqué intentionnellement en laboratoire, quand les catégories aisées, ne sont que 4 %. Les catégories populaires sont plus enclins à nourrir une défiance vis-à-vis des élites et des autorités, à ne pas adhérer à la version officielle. 

- Ce chiffre varie aussi en fonction de l'étiquette politique, il bondit à 40 % chez les sympathisants du Rassemblement national. Cet électorat est sensible à la rhétorique complotiste, historiquement, l’extrême droite a toujours utilisé les registres sémantiques de l’épidémie, de la dissémination et de la propagation... Il y a peu, Marine Le Pen, Présidente du Rassemblement national, a déclaré sur France Info : "On nous ment sur absolument tout, en ce qui concerne l’épidémie de coronavirus, jugeant de bon sens de se demander si le virus n’a pas échappé d’un laboratoire."

Cette épidémie nous permet de constater que les fake news se propagent plus vite que le virus, méfiez-vous de ce que vous lisez et regardez sur les réseaux, comme cette vidéo, vue plusieurs millions de fois, affirmant, fausses preuves à l'appui, que l’Institut Pasteur avait fabriqué le Covid-19 pour vendre un vaccin ...