MENU
Accueil
Quel avenir pour Tony Parker ?
Écouter le direct
Quel avenir pour Tony Parker ?
Quel avenir pour Tony Parker ? ©Radio France

Quel avenir pour Tony Parker ?

Alors que la saison 2017-2018 de Tony Parker, le plus grand joueur français de l’histoire, vient de se terminer, l’heure est aux interrogations.

À 35 ans, Tony Parker arriveà la fin de son lucratif contrat signé en 2014 avec les Spurs. Cette saison, le frenchie touchait 15.5 millions de dollars. Gravement blessé lors des playoffs 2017 (rupture du tendon du quadriceps gauche) contre les Houston Rockets, il retrouvait la NBA en cours de saison, six mois plus tard. Ainsi, TP revenait en novembre 2017 pour finalement jouer 55 matchs sur les 82 de la saison. Il s'agit ici de son plus faible total en carrière. Surtout, c'est le statut de la légende qui a changé.Désormais, Parker est le meneur remplaçant des San Antonio Spurs.  S'il s'en accommode, cela provoque une grosse chute dans son apport statistique. Cette saison, il jouait ainsi 19.5 minutes en moyenne pour 7.7 points, 1.7 rebonds et 3.5 passes. Il n'a jamais aussi peu scoré, aussi peu passé, aussi peu pris de rebonds et aussi peu joué de sa carrière. Alors que sa franchise va traverser un été qui s'annonce tendu, Parker pourrait bien en faire les frais.

Malgré ses 35 ans, Tony Parker reste considéré commel'un des meilleurs joueurs de tous les temps. Un statut de légende qui fait que le meneur trouvera preneur cet été, aux Spurs ou ailleurs. 67e meilleur joueur de l'histoire  dans le récent classement de l'institution américaine Slam Magazine, le français reste précieux. N’ayant plus les capacités physiques de ses meilleures années, TP peut toujours apporter 15-20 minutes solides. 6 fois All-Star et 4 fois champion NBA, Parker dispose également d’une expérience rarissime dans les grands rendez-vous. Souhaitant jouer jusqu’à ses 38 ans, le Français sera donc là la saison prochaine. Aux Spurs, où Patty Mills et Dejounte Murray jouent plus que lui, il restera un joueur du banc. Ailleurs, dans des équipes de deuxièmes parties de tableaux, il pourrait briguer un poste de titulaire. On pourrait imaginer quelque chose similaire à Jarrett Jack chez les Knicks ; en tant que mentor de Frank Ntilikina.

Un pilier des Spurs

S’il veut rester dans le Texas, Parker sait quele choix final ne dépend pas de lui : « Je veux rester. Ma priorité est de rester ici. Je veux rester ici, c'est certain. [...] Ce sera la décision de Pop (le surnom du coach Gregg Popovich – NDLA), mais oui, je veux rester ici. »  En septembre 2016, le frenchie confiait ses objectifs pour le futur : « J'aimerais jouer encore quatre ou cinq ans en NBA pour arriver à 20 saisons. Après cela, j'ai déjà préparé mon nouveau rôle en tant que président à temps plein de l'ASVEL. Je veux développer ses académies, trouver de nouveaux joueurs. C'est aussi une partie importante pour un athlète de penser à l'avenir. » Son corps devra donc tenir jusqu’en 2020-2021  pour atteindre les 20 saisons. Il aura alors 38 ans.

Véritable relais de Gregg Popovich dans le vestiaire,le Français est l'un des piliers de l'organisation.  Pour les dernières années qui lui restent en NBA, nous voudrions tous le voir finir sous le maillot de son équipe de toujours...même avec un rôle réduit. Le retour de Dwyane Wade à Miami, même en tant que 6e homme, n'a fait que des heureux.  Surtout, San Antonio prend soin de ses anciens. Pau Gasol et Manu Ginobili sont tous les deux remplaçants, et comme Parker, n'ont aucun problème avec ça. Contrairement à beaucoup de franchise, c'est le collectif qui est mis en avant aux Spurs .

Des "sacrifices" ?

Toutefois, pour rester, Parker devra vraisemblablement « se sacrifier » financièrement. Sa franchise s'attend à un été très chaud. Kawhi Leonard, le joueur le plus important de l’équipe reste sur une dernière saison très compliquée. Entre tensions avec le staff et les joueurs, la star a rompu avec l’habituel calme qui régnait au sein de la franchise. Même TP s’était étonné de cette situation. Il faut dire que Leonard était parti à New York pour se soigner avec sa propre équipe médicale… qui avait un avis différent de celui des Spurs.

« J'avais aussi des options, évidemment, quand vous avez une grosse blessure comme ça vous pouvez aller à Los Angeles, en Europe, en France. J'aurais pu aller n'importe où, mais je fais confiance à mes médecins Spurs. Ils ont été avec moi toute ma carrière. Je n'ai pas pris deux semaines pour passer en revue les options. Pour moi, c'était une évidence, car j'ai l'impression d'avoir la meilleure équipe médicale au monde.  C'était une période de convalescence de huit mois. Le même genre de blessure que Leonard, mais la mienne était cent fois pire, mais le même genre de blessure. Vous essayez juste de rester positif. » disait Tony Parker à propos de la blessure de Leonard en comparaison avec la sienne.

Éligible à une nouvelle extension de 210 millions de dollars sur 5 ans , Kawhi Leonard pourrait faire sauter la banque. D’autant plus que seul San Antonio, du fait du règlement NBA sur les contrats, pourra lui proposer ce pont d’or. Les Spurs devront donc faire des choix financiers, Leonard en priorité numéro 1 et le reste viendra ensuite. De toute évidence, Parker ne recevra donc pas une proposition financière similaire à son dernier contrat. Ginobili, l’illustre coéquipier de Français au Texas, a par exemple signé pour 2.5 millions par an sur deux saisons  l’été dernier. Membre du deuxième duo le plus victorieux de l'histoire des playoffs NBA, Tony Parker sera opérationnel dès le début de la saison prochaine. Débarrassé de ses pépins physique et habitué à ce nouveau rôle de vétéran du banc , le Français pourra encore rendre de fiers services...à San Antonio ou ailleurs.

« Nous verrons. J'ai déjà dit que je voulais continuer à jouer. Je suis heureux de ne pas avoir ces fêtes de retraite. Je veux continuer à jouer, et nous verrons si c'est à San Antonio. Tout le monde sait que j'aimerais rester ici. Mais le marché des agents libres est toujours fou , alors on verra. »  - Tony Parker

Crédit photo : Rob Carr / Getty Images

+ de Tony Parker sur Mouv'