MENU
Accueil
Michael Jordan vs. LeBron James : qui est le plus grand ?
Écouter le direct
Michael Jordan félicite Lebron James après la victoire de Miami contre Charlotte lors du 1er tour des play-offs de la Conférence Est 2014
Michael Jordan félicite Lebron James après la victoire de Miami contre Charlotte lors du 1er tour des play-offs de la Conférence Est 2014 ©AFP

Michael Jordan vs. LeBron James : qui est le plus grand ?

Parti des Bulls depuis 21 ans, Michael Jordan reste encore et toujours une intouchable icône sportive et culturelle. Cependant, un certain LeBron James se rapproche. Pour bientôt le dépasser ?

Cette fin d’année 2018 a été plutôt chargée pour Michael Jordan. L’éternel numéro 23 des Chicago Bulls a en effet été au cœur de deux annonces de taille. L’une concernant un documentaire en son honneur, qui a été présenté en grande pompe. L’autre venant directement de LeBron James qui s’est autoproclamé GOAT (Greatest of All Time - NDLA). Une position de GOAT occupée par MJ lui-même aux yeux du grand public. Le numéro 23 des Lakers, numéro qu’il porte en hommage à Jordan, aurait-il dépassé le maître, sportivement comme culturellement ? Avant de trancher sur la chose, ces deux annonces montrent à quel point His Airness conserve une influence gigantesque sur le jeu…plus de 20 ans après son dernier match avec les Chicago Bulls. 

Le 25 décembre dernier tout d’abord, ESPN annonçait la sortie d’un documentaire en 10 parties autour de Michael Jordan et de ses deux three-peats (trois titres d’affilée – NDLA). Diffusée également sur Netflix en 2020, la création intitulée « The Last Dance » comprendra une sélection de 500 heures d’inédits. Évidemment, la première bande-annonce a déchaîné les passions. Non, nous ne savons encore pas tout du GOAT et de ses deux triplés avec les Chicago Bulls.  « Nous étions la meilleure équipe de tous les temps et c'était l'équipe de Jordan », prévient Scottie Pippen. Deux décennies plus tard, il est difficile de contredire le fidèle lieutenant. 

Avant LeBron, Jordan était la terreur des parquets

Car oui, si Michael Jordan est l’idole qu’il est aujourd’hui, c’est notamment par ses performances sur les parquets. Avec 6 titres NBA, en 6 finales disputées et 6 trophées de meilleur joueur des finales, il réalise un 100%. Un 100% que personne ne peut lui disputer. Les LeBron, Bryant, Bird, Magic Johnson, O’Neal et autres Chamberlain ont tous déjà perdu en finales NBA ! À elles seules, ces fameuses 6 bagues (synonymes d’autant de titres) représentent un palmarès que peu de légendes possèdent. Parmi les meilleurs joueurs de l'histoire, il n'y a que Monsieur Bill Russell qui fasse mieux avec 11 titres en 12 finales entre 1957 et 1969, époque où la NBA n’avait rien à voir avec celle d’aujourd’hui. Avec deux triplés entre 1991 et 1993, puis 1996 et 1998, MJ aura condamné tous ses rivaux. Il n’y eut que sa première retraite entre octobre 1993 et mars 1995 pour laisser place à la concurrence. À cause (ou grâce c’est selon) de Michael Jordan, des joueurs comme Charles Barkley, Patrick Ewing, Karl Malone ou encore Reggie Miller ont terminé leur carrière sans titre. A contrario, LeBron n’a pas privé les Warriors, Spurs et autres Lakers de trophées NBA… De même, il n’a jamais confisqué le trophée Larry O’Brien comme Jordan avant lui (titres en 2012, 2013 et 2016). Il est certes le joueur le plus dominant des années 2010 mais l’équipe la plus dominante sur cette période est Golden State.

Un concurrent au statut de GOAT nommé LeBron

La deuxième annonce qui bouscula les fans nous vient donc de LeBron James. Visage de la NBA et plus sérieux concurrent à MJ pour le titre honorifique de GOAT, le King se situe pourtant à distance raisonnable (en toute objectivité). Même s’il réduit l’écart année après année, il n’a pour le moment « que » 3 titres (pour 6 finales perdues). Pourtant James se considère déjà sur la plus haute marche du podium. Amené à parler des finales 2016, remportées après avoir été mené 3-1 par les Warriors (le premier à quatre victoires l’emporte – NDLA), James a fait dans la déclaration-choc : « Cela fait de moi le meilleur joueur de tous les temps. C’est ce que j’ai ressenti. J'étais super super ravi de remporter un titre pour Cleveland après la pénurie qui a duré 52 ans. J'étais comme en extase. Ce jour-là, la première vague d’émotion fut quand tout le monde me vit pleurer, c’était pour les 52 ans de sport à Cleveland. Et après que j’ai arrêté, je me suis dit : ‘C’est ça qui fait de toi le meilleur joueur de tous les temps’. »

« Tout le monde parlait de la meilleure équipe de tous les temps. Comme si c’était la plus grande équipe jamais formée, et pour que nous revenions de cette façon, c’était comme si vous faisiez quelque chose de spécial. Je me suis senti comme ‘Oh, tu as fait quelque chose de spécial’. Je n'ai pas vraiment eu le temps de m'asseoir et de penser à ça depuis, mais ça, c'était un moment fort. » Alors que Michael Jordan n’avait jamais osé s’autoproclamer GOAT, l’auto-proclamé King estime être le plus grand désormais. Pourtant, en 2016, juste après la remontada face aux Warriors, LeBron disait encore « chasser le fantôme de Chicago ». Si depuis le nombre de titres est désespérément resté bloqué à trois, d’autres choses ont changé pour le King qui devient « plus qu’un athlète ».

En effet, du côté des titres NBA, James devrait selon toute vraisemblance rester inlassablement derrière Jordan. Et même s’il arrivait à prendre trois trophées supplémentaires, le poids de ses 6 finales perdues pèserait très lourd dans la balance. Pour le reste, James n’a presque rien à envier à Jordan. Il est en effet devant son illustre aîné dans la plupart des compartiments statistiques. Quatrième scoreur de l'histoire de ligue, MJ devra même laisser très prochainement sa place à LeBron. Le numéro 23 des Lakers n'était plus qu'à 326 points début janvier… C’est donc plié de ce côté-ci.

L’impact culturel de Michael Jordan

L’autre bataille de James, bien plus grande, n’est pas sur les parquets. En effet, si aujourd’hui Michael Jordan reste adulé et connu de tous, c’est bien par son impact culturel ! Il bénéficia notamment de la légendaire Dream Team des JO 1992. À Barcelone, le monde fut subjugué par cette équipe américaine qui ne laissa que des miettes à la concurrence. C’est aussi à ce moment-là qu’il devint une superstar globale, quasi divine. Biberonné par Nike, Michael Jordan a aussi eu son fameux Jordan Brand pour asseoir sa domination culturelle. Conçue pour Michael en 1984, le prototype Nike Air Ship sera interdit par la NBA à cause des couleurs choisies et la Air Jordan I deviendra ensuite un immense succès commercial. Le géant américain se servira notamment de cette interdiction pour sa campagne de communication.

Dès le second modèle, la Air Jordan II, le logo Nike disparaîtra de la chaussure au profit du Jumpman que nous connaissons tous aujourd’hui. 35 ans après le premier modèle, Jordan sponsorise des joueurs comme Jimmy Butler, Chris Paul, Blake Griffin, Russell Westbrook ou Carmelo Anthony. Cette saison, le Paris St-Germain porte même des maillots Jordan en Ligue des Champions ! Aussi et surtout, la gamme retro du Jumpman se porte extrêmement bien avec 1.95 milliard de dollars rapportés en 2017. Plus gros vendeur de chaussures de gamme « performance » avec ses LeBron, James a encore énormément de chemin à parcourir (Jordan est numéro 5 de ce classement) avant de peser autant que l’ancienne terreur des Bulls. Toutefois, son contrat à vie d’une valeur d’un milliard de dollars signé en 2015 avec Nike semble le destiner à quelque chose de similaire. 

LeBron James, « plus qu’un athlète » ?

Pour poursuivre sur l’aspect culturel et social, où James est très actif par choix : « J'ai l'occasion d'être l'inspiration pour ce que ces enfants recherchent. Pour moi, rester assis à ne rien dire comme beaucoup de mes pairs ne me semblait pas juste. Quand j'ai décidé que j'allais commencer à parler de ces sujets et que j’allais me désintéresser de ce qui se dirait de moi, tout mon état d'esprit était que cela ne me concernait pas. Ma popularité a baissé. Mais au bout du compte, ma vérité touche tant d’enfants et de personnes différentes que ce n’est pas à propos de moi. »

Parmi ses initiatives fortes, outre son opposition farouche à Donald Trump, on peut noter la « I Promise School ». C’est notamment grâce à l’ouverture de cette école que LeBron fut élu athlète de l’année 2018 par l’AP. James est devenu « plus qu’un athlète ». Il a même repris cette expression « More Than An Athlete » pour créer une émission et une collection de vêtements. Bref, LeBron s’active hors des terrains. L’ouverture de son école « I Promise », gratuite pour les enfants dans des conditions sociales et familiales compliquées marquera durablement les esprits ! Dans un registre plus léger, le King s’apprête à prendre la suite de Michael Jordan dans l’un des piliers de la pop culture des années 90 : Space Jam. 

En 1996, Jordan et Bugs Bunny sauvaient la terre des terribles Monstars lors d'un match de basket à couper le souffle. 24 ans plus tard, c’est le King qui succède à Jordan. Pour le moment, aucune information sinon que le film sera tourné à l’été 2019 et que James sera acteur principal et producteur avec sa société SpringHill Entertainment. Comme nous l’écrivions un peu plus haut, James comble petit à petit son retard… dans les pas de Jordan.