MENU
Accueil
Kawhi Leonard : un an pour devenir le plus grand Raptor de l'histoire
Écouter le direct
Kawhi Leonard à Toronto le 19 mai - Game 3 des Finales de la Conférence Est 2019
Kawhi Leonard à Toronto le 19 mai - Game 3 des Finales de la Conférence Est 2019 ©Getty

Kawhi Leonard : un an pour devenir le plus grand Raptor de l'histoire

Arrivé aux Toronto Raptors en juillet 2018, Kawhi Leonard a mis moins d’un an pour devenir une véritable légende de la franchise.

Après la meilleure saison de sa carrière en 2016-2017, Kawhi Leonard connaissait une fin d'exercice pénible. Blessé en plein match lors des Finales de Conférence face aux Spurs, il assistait impuissant à l'élimination des siens. S'en suivait une saison 2017-2018 quasi blanche pour lui où des blessures au quadriceps et à l'épaule le perturbaient véritablement. Durant ses absences, des tensions naissaient entre son clan et sa franchise de toujours, les San Antonio Spurs. 

Finalement, en juillet 2018, il était échangé aux Toronto Raptors. N'ayant plus qu'un an de contrat, Kawhi Leonard gardait une bonne valeur marchande et la franchise canadienne proposait un « package intéressant ». Las d'une nouvelle campagne de playoffs humiliante, le management de Toronto décidait d'envoyer son joueur star, mais également symbole de ces échecs répétés DeMar DeRozan, en compagnie de Jakob Pötl et d'un premier tour de Draft protégé à San Antonio. Kawhi Leonard et Danny Green faisaient de leur côté le chemin inverse. Sur le papier, et face aux interrogations sur l'état de santé de Leonard, mais aussi parce qu'il ne lui restait plus qu'une petite année de contrat (risque de partir pour rien en 2019), l'échange était parfaitement compréhensible. Un peu moins d’un an plus tard, Kawhi Leonard est devenu le King in the North, celui que Jon Snow DeMar DeRozan aurait dû être.

« Pourquoi avez-vous fait un échange pour m’avoir ? » a demandé Kawhi Leonard à Masai Ujiri, le Président des Raptors, au premier rendez-vous avec la franchise en juillet 2018. Le dirigeant a alors répondu : « Parce que tu es le meilleur joueur de la ligue. »

Une saison admirable

Après une saison 2017-2018 de 9 petits matchs, on pouvait s'interroger avec raison sur la suite de la carrière de Kawhi Leonard. Libre de tout contrat en juillet prochain, de nombreuses rumeurs envoient le joueur en Californie depuis près de deux ans. La motivation de Leonard, en amont de ce qui s’annonçait comme une année d’exil au Canada, était également au cœur des interrogations l’été dernier. Avec la discrétion qu’on lui connaît, le MVP des Finales 2014 a préféré répondre sur le terrain. Nouveau leader des Raptors, il a affiché 26.6 points (49.6%), 7.3 rebonds, 3.3 passes et 1.8 interception par match lors de la saison régulière. Capable d’être bon des côtés du terrain comme peu de joueurs avant lui, il a quasi instantanément transformé la franchise de Toronto.

Bilan des Raptors ces dernières saisons : 

  • 2013-2014 : 3e de Conférence Est, élimination au 1er tour des playoffs (3-4 contre les Nets)
  • 2014-2015 : 4e de Conférence Est, élimination au 1er tour des playoffs (0-4 contre les Wizards)
  • 2015-2016 : 2e de Conférence Est, élimination en Finale de Conférence (2-4 contre les Cavaliers)
  • 2016-2017 : 3e de Conférence Est, élimination en demi-finales de Conférence (0-4 contre les Cavaliers)
  • 2017-2018 : 1er de Conférence Est, élimination en demi-finale de Conférence (0-4 contre les Cavaliers)
  • 2018-2019 : 2e de Conférence Est, finaliste NBA

Deuxième meilleur bilan de la ligue cette saison, les Raptors ont très bien géré les affaires courantes. En 2019 cependant, il fallait absolument que l’équipe arrive à convaincre en playoffs. Depuis trop longtemps, les Canadiens font office de terreur de saison régulière pour ensuite s’écrouler mentalement en phases finales. S’il risque toujours de partir en juillet, Kawhi Leonard a réussi en l’espace d’une seule saison à enlever l’image de loser qui collait à la franchise. Il a réussi ce qu’aucun joueur n’était parvenu à faire au cours des 24 années d’existence de l’équipe : faire gagner au plus haut niveau. S’il faut évidemment préciser le départ de LeBron James à l’Ouest, bourreau des Raptors ces trois dernières saisons, la franchise a aussi enfin assumé son statut. Les Sixers et les Bucks, éliminés par Toronto, étaient des prétendants sérieux aux Finales NBA.

Réussir là où tous ont échoué

Dans la nuit de jeudi 30 mai à vendredi 31 à 3 heures du matin, Toronto va disputer le match 1 de ses toutes premières finales NBA. Oui, oui, pour la première fois de son histoire la franchise canadienne atteint ce stade de la compétition. La réponse derrière ce succès tient en deux mots : Kawhi Leonard. Finaliste en 2013, puis champion NBA et meilleur joueur des Finales en 2014 avec les Spurs, The Klaw a l’expérience du plus haut niveau ET de la gagne. Leader incontesté des Raptors, il peut enfin donner la pleine mesure de son talent. Dans les chiffres, ça donne des moyennes à 31.2 points (50.7%), 8.8 rebonds, 3.8 passes et 1.6 interception par match sur la campagne actuelle de playoffs. C’est bien simple, il est le troisième meilleur scoreur de l’histoire des Raptors en séries éliminatoires… alors qu’il ne dispute que sa première saison ! Seuls DeMar DeRozan et Kyle Lowry sont devant lui.

Ce qu’il peut faire pour créer ses propres tirs ressemble à ce que faisait Kobe - il est tellement doué. » - Brett Brown, coach des Philadelphia Sixers.

Ayant un peu plus haussé son niveau de jeu, Leonard a aussi sorti les actions qu’il fallait ! Il a notamment inscrit le premier buzzer beater en Game 7 dans l’histoire de la NBA. Concrètement, il est impossible de faire plus décisif dans une série de playoffs. D’autant plus que si Leonard loupait sa tentative, Toronto était purement et simplement éliminé ! En Finales de Conférence, les Raptors ont éliminé les Milwaukee Bucks de Giannis Antetokounmpo. Propriétaires du meilleur bilan de la ligue et guidés par le favori au trophée de MVP, les Daims comptaient même une avance de 2-0. Finalement, ils ont encaissé quatre défaites d’affilée et ont vu leurs rêves de Finales NBA s’envoler. Avant cette terrible déconvenue, Milwaukee n’avait pas perdu plus de deux matchs de suite en 2018-2019. Pourtant, les Bucks ont compté jusqu’à 14 et 15 points d’avance lors des matchs 5 et 6. Les Raptors sont toujours revenus, pour un contraste saisissant par rapport à l’habituelle résignation de ces dernières années.

« Je ne juge pas vraiment mon jeu d’une manière individuelle. Je suis plus dans un aspect collectif, je regarde ce que mon équipe fait. Je veux juste gagner. Je ne me soucie pas d'être le meilleur joueur. Je veux être la meilleure équipe. J'ai toujours dit ça. Juste avant la saison où nous avons fait l’échange, Masai Ujiri (le Président des Raptors – NDLA) m’a dit ce qu’il pensait de moi. Il m'a dit comment il se sentait et pourquoi il avait fait l’échange. Ça tourne bien pour nous maintenant. Nous sommes en finale et nous n’en avons pas encore terminé. » a dit Kawhi Leonard après la qualification des Raptors en Finales NBA

Aujourd'hui, il paraît évident que Toronto a pris la bonne décision en échangeant pour Kawhi Leonard. Même si le joueur quitte la franchise en juillet, il a incontestablement écrit les plus belles pages de l’histoire des Raptors. De retour en finales pour la cinquième année de suite, les Warriors ont un nouvel ennemi. Double tenante du titre, l’armada californienne partira tout de même favorite à sa propre succession. Toutefois, et pour la cinquième année de suite, le meilleur joueur sur le parquet évoluera sans doute pour l'équipe adverse. Il ne s’appelle plus LeBron James mais Kawhi Leonard. Déjà tombeur d’un Miami Heat en quête de triplé en 2014 à l'époque des Spurs, le héros se verrait bien réitérer.