MENU
Accueil
John Collins : "L’année prochaine, je pense que j’aurais l’opportunité d’être All-Star"
Écouter le direct
Photo : Michael Hickey
Photo : Michael Hickey ©Getty

John Collins : "L’année prochaine, je pense que j’aurais l’opportunité d’être All-Star"

Franchise promise à un avenir compliqué, les Atlanta Hawks ont su profiter de dernières saisons moroses pour se remettre en ordre de marche. Avant un retour programmé au sommet, c’est le moment de s’intéresser aux faucons.

La semaine passée, la NBA faisait escale à Paris. Dans le cadre du NBA Crossover, la ligue américaine de basket-ball donnait au public français un aperçu de ce qu’elle propose outre-Atlantique. Pour l’occasion, John Collins, la révélation de l’année aux Atlanta Hawks avait fait le déplacement. Vous nous connaissez, l’opportunité était trop belle pour la laisser passer. Nous avons donc pu échanger avec le joueur sur l’exercice passé et surtout sur le futur de sa franchise.

19e choix de Draft en 2017, John Collins a pleinement participé au changement de statut de son équipe. Mauvais élève de la ligue en 2017-2018, Atlanta a, grâce à ses jeunes, su faire sa mini-révolution en 2018-2019. Élément essentiel de ce renouveau, John Collins est passé de 10.5 points, 7.3 rebonds, 1.3 passes en première année et 19.5 points, 9.8 rebonds et 2 passes cette saison ! C'est bien simple, le joueur de 21 ans est maintenant une personnalité qui compte. 

Pour la saison prochaine, il se fixe d’ailleurs de très hauts objectifs afin de confirmer cet exercice prometteur : "Pour l’équipe, je vise les playoffs. Je pense qu’on peut devenir grand. Personnellement, j’ai l’impression d’avoir manqué de peu le All-Star Game. L’année prochaine, en jouant plus de matchs, sans blessure, je pense que j’aurais l’opportunité d’être All-Star."

Son association avec Trae Young

Échangé contre le phénomène Luka Doncic le soir de la Draft, on présageait le pire pour Trae Young. Finalement, après des débuts timorés, le rookie des Atlanta Hawks a terminé la saison en trombe. 

Entre tir de la gagne et match à 49 points, le meneur a fait le show. Pour sa première campagne NBA, il termine même à 19.1 points (41.8%), 3.7 rebonds, 8.1 passes de moyenne. Ça ne devrait pas être suffisant pour remporter le trophée de Rookie of the Year (meilleur débutant de l'année - NDLA) mais la rivalité entre les deux hommes est lancée pour les prochaines saisons. Dans sa course à distance contre Doncic, Young peut en tout cas compter sur son coéquipier. C'est bien simple, Collins fait du meneur son Rookie de l'année : "Trae est un meilleur scoreur et un meilleur passeur. La manière dont il mène l’équipe en dit également long sur son influence. La façon avec laquelle il peut prendre feu est impressionnante. C’est pour ces raisons qu’il est le rookie de l’année."

Regardant également vers l'avenir, l'intérieur sait bien que cette première année d'association a été très prometteuse. Les deux hommes vont avoir tout l'été pour travailler leur jeu et leur physique pour revenir plus fort dès octobre. Sur le papier, ce duo pourrait bien devenir l'une des armes fatales de la ligue. Là aussi, John Collins se montre très optimiste : "Notre duo peut devenir l’un des meilleurs de la ligue. Aujourd’hui, il est très difficile de trouver deux très bons joueurs au sein d’une même équipe. Nous le sommes. Ce que l’on a est différent de ce qui se fait." Il ajoute même : "On va être une force dominante. J’aimerais que l’on devienne quelque chose du type Karl Malone – John Stockton ou Steve Nash – Amar’e Stoudemire. La façon dont nous jouons le pick & roll et la capacité à passer de Young, ma capacité à finir me font dire cela. Nous deux styles vont très bien ensemble. »

2019-2020, retrouver les playoffs

Qualifiés en playoffs de 2008 à 2017, les Hawks sont entrés en phase de reconstruction depuis. Ayant vu les limites de leur ossature, les dirigeants ont préféré tout faire exploser. Aujourd'hui, avec Trae Young et John Collins, la franchise a quelques beaux arguments pour le futur. Il n'aura fallu que deux ans à l'équipe pour faire revenir l'optimisme. Maintenant, il faut confirmer ces belles promesses. Pour atteindre les objectifs fixés par Collins, les Hawks vont donc devoir recruter. 

Le joueur a déjà sa petite idée sur les pièces manquantes pour rendre l’effectif complet : "Je pense qu’aujourd’hui, il nous manque un pivot. Il nous manque un solide pivot. Je pense aussi qu’il nous faut quelqu’un pour aider Trae Young au niveau du back-court. Ensuite, nous aurons un groupe solide pour faire les playoffs. C’est très compliqué d’ajouter des joueurs sans tout transformer et briser la dynamique." Il faudra en effet faire les bons choix.

Avec le marché des agents libres qui ouvrent en juillet, Atlanta pourra tenter de séduire un grand nombre de joueurs. Entre sa jeunesse, sa nouvelle salle et un environnement sain, les Hawks ont de solides arguments ! Trae Young pense même que la franchise peut devenir une destination privilégiée par les agents libres. Cette année, les Klay Thompson, Kevin Durant, DeMarcus Cousins, Khris Middleton, ou encore Kawhi Leonard seront sur le marché...

Au-delà du marché des agents libres, la Draft NBA approche également. Classés 12es de Conférence Est sur 15 équipes, les Hawks bénéficieront vraisemblablement d'un excellent choix. La cuvée 2019 s'annonce d'ailleurs extrêmement prometteuse avec notamment un certain Zion Williamson. Sur le papier, Atlanta a 10.5% de chance de pouvoir obtenir le 1er choix de Draft et donc de récupérer Zion. Seuls les Knicks (14%), Cavaliers (14%), Suns (14%) et les Bulls (12.5%) ont des pourcentages plus favorables. John Collins verrait bien le phénomène de Duke les rejoindre : "Il joue comme nous. Il est athlétique. Clairement, il serait déjà prêt pour la NBA. Il est bon, ce mec est vraiment très bon. Ça peut être le talent d’une génération selon moi. J’adorerais l’avoir à Atlanta. Il est puissant, explosif, rapide, et notre manière de jouer convient à sa manière de jouer."

Avec d’autres jeunes très prometteurs à la Draft, les Hawks pourront toujours se rattraper s’ils n’ont pas le premier choix. On pense notamment aux autres pépites RJ Barrett, DeAndre Hunter, Cam Reddish ou Jarrett Culver. Ils pourraient tous apporter directement en jouant à Atlanta. Avant un été qui s’annonce crucial pour eux, les Hawks peuvent donc à nouveau viser les sommets. Sous réserve de quelques signatures bien senties, ne soyez pas surpris de les voir titiller les plus grosses cylindrées de l’Est dès la saison prochaine…