MENU
Accueil
Frank Ntilikina : le French Prince de New-York
Écouter le direct
Frank Ntilikina : le Fresh Prince de New-York
Frank Ntilikina : le Fresh Prince de New-York ©Radio France

Frank Ntilikina : le French Prince de New-York

Après une première saison NBA riche en apprentissages aux New York Knicks, Frank Ntilikina est désormais en vacances. Analyse de cette année rookie avec un brin de chauvinisme.

En sélectionnant Frank Ntilikina  en 8e position de la riche Draft 2017, les New York Knicks provoquaient une légère perplexité chez le public américain… et la joie du public français. En effet, nous attendons toujours le successeur en NBA de notre notre Tony Parker national. Si Joakim Noah et Nicolas Batum ont failli se hisser à la hauteur du meneur, le manque de constance au plus au niveau leur a été fatal. Et si on tenait LA perle rare avec Frank Ntilikina ?

Pour sa première saison, il a tourné à 5.9 points, 3.2 passes et 2.3 rebonds selon ESPN. Ayant disputé 78 matchs, dont 9 en tant que titulaire, avec 22 minutes de jeu en moyenne, il s'est imposé dans la rotation new-yorkaise. Vous en conviendrez, ces statistiques sont loin d’être les plus ronflantes de la ligue, même chez les joueurs de première année. Toutefois, il convient de préciser deux points cruciaux autour de Frankie. Tout d’abord, il avait été choisi par le Président des Knicks Phil Jackson pour diriger une attaque en triangle. 6 jours après la Draft, Jackson était renvoyé… Aussi et surtout : Ntilikina est un Knick .

Avec les Lakers, il s'agit tout simplement de la franchise la plus scrutée de la ligue , peu importe les résultats. Le Madison Square Garden, salle des Knicks est surnommée "L'Arène la plus célèbre du Monde". Bref, le Français évolue dans une franchise mythique. Il est évident qu’il n’aurait pas eu la même résonnance en jouant à Utah ou à Denver. À cela s’ajoute le fait que New York n’a plus connu les playoffs depuis 2013. Les fans attendent donc avec impatience le retour de leurs Knickerbockers. Selon Forbes, New York est même la franchise qui possède la plus grande valeur de toute la NBA : 3.6 milliards de dollars .

Vous l’aurez donc compris, Ntilikina  évolue dans un cadre à part... Sa première saison est en cela très encourageante puisque l’ancien de Strasbourg ne s’est pas démonté. Ni face à la concurrence ni face à la pression inhérente à son statut de 8e choix de Draft, le rookie a répondu présent à chaque fois ou presque. Le point d’orgue de sa saison reste incontournablement le 14 novembre 2017. Ce jour-là, New York affrontait Cleveland au Madison Square Garden. Juste avant le choc, LeBron James  avait publiquement critiqué la Draft des Knicks. Le King s’exprimait sur le meneur Dennis Smith Jr. sélectionné en 9e position, soit une place derrière Ntilikina :

« Les Knicks sont passés sur un très bon joueur, et Dallas a obtenu un diamant brut. Il devrait être un Knick. Ça va faire la une, mais il devrait être un Knick. »

Remontés comme rarement suite à ces propos, les New-Yorkais comptaient défendre leur jeune meneur et montrer au roi James que la Franchise ne s’était pas trompée. Lors de ce match sous haute tension, notre frenchie se retrouvait face au meilleur joueur de la planète… Et il ne se laissait pas impressionner.

Si le match se terminait par une défaite, ces images faisaient le tour de la planète. Le petit rookie timide des Knicks avait tenu tête au grand LeBron James ! Aussitôt devenu coqueluche du Madison Square Garden, Ntilikina avait passé un cap en un seul match. Toujours remplaçant de Jarrett Jack à NYC, Ntilikina était sélectionné au Rising Stars Challenge. Ce match d’exhibition voit s’affronter les meilleurs joueurs de première et deuxième année. Les joueurs étant sélectionnés par les entraîneurs assistants de la ligue, Ntilikina recevait une belle preuve de reconnaissance. Toutefois, suite à la blessure de Kristaps Porzingis, les ambitions collectives de New York cessaient brutalement. La franchise fonçait tête baissée vers une nouvelle saison de reconstruction. Du tout bon pour Ntilikina qui gagnait en temps de jeu et apportait plus qu’en défense ! Un peu plus utilisé par son coach, connaissant ses premiers matchs en tant que titulaire, le Français poursuivait avec un certain succès cette saison d’apprentissage.

Comme un symbole, New York retrouvait Cleveland pour les deux derniers matchs de saison régulière. Comme un symbole, Frank Ntilikina y réalisait ses deux meilleures rencontres. Comme un symbole, LeBron James adoubait notre jeune Prince :

« Il sait jouer, c’est le plus important. Ntilikina est un joueur très cérébral. Je pense qu’il est plus en avance défensivement qu’offensivement. Mais il progresse en attaque à mesure qu’il joue et en fonction des opportunités. À chaque match, plus il a l’opportunité de jouer, plus il devient à l’aise avec le jeu NBA, plus son jeu offensif progresse. »

Bref, notre Français a livré une première campagne encourageante. N’oublions pas qu’il jouait au SIG il y a un an seulement ! Il faudra toutefois absolument augmenter ses pourcentages dans le futur. Avec 36.4% au tir et 31.8% de réussite à trois-points, il ne représente pas encore une véritable menace. Dans la ligue actuelle, un meneur titulaire doit scorer (sauf s'il se nomme Rajon Rondo) et être agressif. « Je sens que le jeu ralentit, que je peux faire beaucoup plus de choses. J'essaie d'appliquer ce que je travaille à l'entraînement. Cette année, c’était une atmosphère complètement différente, une expérience complètement différente. J'ai beaucoup appris. Je vais emporter beaucoup avec moi cet été. Je sais sur quoi travailler. »  Frank Ntilikina à la fin de saison au New York Post.

Crédit photo : Hannah Foslien / Getty Images

+ de Basket sur Mouv'