MENU
Accueil
Damian Lillard : un leader né
Écouter le direct
La joie de Damian Lillard après son tir décisif contre Oklahoma City Thunder
La joie de Damian Lillard après son tir décisif contre Oklahoma City Thunder ©AFP

Damian Lillard : un leader né

En éliminant Oklahoma City Thunder sur une action d’anthologie, Damian Lillard a encore prouvé qu’il avait l’étoffe d’une véritable superstar.

Réalisant une fois de plus une saison régulière admirable avec les Portland Trail Blazers, Damian Lillard avait une grosse raison d’accuser le coup en fin d’exercice. En effet, son fidèle lieutenant et deuxième meilleur joueur de l’effectif, Jusuf Nurkic se blessait et était forfait pour les playoffs. Le duel contre Oklahoma City Thunder et son monstre à deux têtes Westbrook-George s’annonçait alors très compliqué. Compliqué pour beaucoup, mais pas pour un Damian Lillard qui a pris véritablement les commandes de la série et a guidé les siens à la victoire. Leader né, le natif d’Oakland a impressionné. C’est simple, quand le score est serré en fin de rencontre et que les Blazers jouent, on parle de « Lillard Time » ou de « Dame Time ».

Lillard vs. OKC : Dame Over

Sa toute dernière action, celle qui tua les espoirs d’OKC, est déjà dans la légende de la NBA. Ayant déjà crucifié une franchise au buzzer, à trois-points et en playoffs, Dame DOLLA réussit l’exploit d’avoir faire encore plus fort mardi dernier. Retour sur cette bombe : À 115-115, on se dirige vers une prolongation incertaine pour les Blazers. En cas de défaite, le match 6 allait se jouer en Oklahoma pour un choc bien compliqué à manœuvrer. Lillard décide alors de prendre les choses en main. À peine la moitié de terrain franchie, il signale à ses coéquipiers de s'écarter : ce moment est pour lui. Alors que Paul George défend parfaitement, le meneur dégaine de très (très) loin : bingo ! Au buzzer, il qualifie les siens pour le tour suivant ! Qui d’autre que Lillard peut sereinement mettre un tir aussi loin, à ce moment du match, en playoffs et face à l’un des meilleurs défenseurs de la ligue ?

« Je pense que Damian est peut-être la meilleure star leader de la ligue. Il y a des leaders dans cette ligue, mais être une star et un leader comme il le fait autour de ses coéquipiers, sur le terrain de basket-ball, dans les vestiaires, dans la communauté, est impressionnant. Il est le même gars tous les jours. » - Terry Stotts, coach des Blazers

Damian Lillard, le lieutenant devenu leader

Grâce à cette action, le All-Star a confirmé une nouvelle fois son statut de joueur ultra décisif. Loin d’être dans la franchise la plus connue de la NBA, il a réussi à remettre les Blazers sur la carte. Arrivé en NBA à 22 ans, après quatre saisons universitaires (suffisamment rare pour être mentionné), il est sélectionné par Portland en sixième position de la draft. Attendu comme titulaire, on ne s'attend pas à ce qu'il prenne les commandes d'une équipe comptant LaMarcus Aldridge dans on effectif. Pourtant, c'est ce que le meneur va faire. 

Premier match NBA et premier coup de chaud avec 23 points et 11 passes décisives. Dans l'histoire de la NBA, seuls Oscar Robertson et Allen Iverson avaient réussi cela avant lui ! Élu meilleur joueur débutant de l'année, il est aussi le joueur le plus utilisé de son effectif. Pour sa deuxième saison, en 2014, Dame DOLLA découvre les playoffs et le monde le découvre également. En effet, c’est lors de ces playoffs qu’il s’est offert une première très grosse action… peut-être plus décisive que celle de mardi dernier. En effet, avant son tir face aux Rockets, déclenché à 0.9 seconde du buzzer (!) les Blazers étaient menés 98-96. Si Lillard n'avait pas marqué, les Rockets auraient remporté la rencontre et forcé un match 7 à Houston ! Mais le jeune joueur n'a pas tremblé et a claqué le swish pour faire exploser Moda Center. Pour la première fois depuis 2000, Portland passait un premier tour de playoffs. 

Une fois le départ de LaMarcus Aldridge acté en 2015, Lillard a pris une nouvelle dimension. S'occupant désormais de l'essentiel des responsabilités offensives des Blazers, il a vu sa moyenne bondir de quatre points. DOLLA en a profité aussi pour devenir le visage de la franchise. Depuis 4 ans, le meneur apporte ainsi au minimum 25 points, 4 rebonds et 5,9 passes par saison ! De lieutenant de luxe décisif dans les moments chauds, il s'est parfaitement mué en leader incontesté de franchise. La saison dernière, Dame était même sélectionné dans l’équipe type de la NBA…devant Westbrook et Curry. Bien mieux accompagné que le joueur de Portland, les deux superstars n’ont toutefois pas encore pu faire preuve de cette capacité à déplacer, seules, des montagnes et changer le cours de séries de playoffs.

La veille du Game 5 contre Oklahoma City, un Lillard agacé par les provocations des joueurs du Thunder annonça la couleur : « Je me débarrasse de ces enc... demain. » Il n’y avait cependant pas énormément d’animosité de son côté. Conscient que le basket-ball reste un sport, celui qui a vu le pire de l’homme au cours de sa vie a mis les insultes reçues en perspective : « Je ne suis pas ici pour prouver à ces gars que je suis le mec le plus dur de la ligue parce qu’ils m’ont insulté. Ils savent d’où je viens et de quoi je parle. C’est Oakland. Je ne prends pas toute cette m... reçue de façon personnelle. Mon objectif est d'obtenir la victoire, c’est tout. »

Damian Lillard, une fidélité à toute épreuve

Comme évoqué précédemment, Damian Lillard évolue dans un petit marché. De ce fait, les stars sont extrêmement compliquées à attirer à Portland. Contrairement à Kevin Durant, LeBron James ou encore Shaquille O’Neal avant lui, le meneur n’a cependant pas cédé à la tentation de rejoindre une plus grosse équipe. Fidèle à Portland, il a même fait récemment une sortie médiatique rare pour un joueur de son statut : « Je veux gagner un championnat, mais il y a d'autres choses qui comptent plus pour moi… C'est presque comme si je ne voulais pas vendre mon âme pour ça. » En 2017, il disait déjà la même chose : 

« Je suis prêt à ne pas gagner, si je ne peux pas construire le succès là où je suis. »

Damian Lillard est donc condamné à briller sur des exploits individuels avant de laisser les grands rendez-vous aux Warriors. Qu’importe, il préfère rester droit et ne pas abandonner sa franchise de toujours. Si le risque de finir sans bague de champion à la fin de sa carrière est bien réel, il est prêt à prendre le risque. Charles Barkley, Patrick Ewing et Karl Malone seraient ainsi rejoints par un autre magnifique roi sans couronne. À la différence de ces derniers cependant, Lillard n’a encore jamais cherché à gagner un titre à tout prix. Pour lui l’essentiel est ailleurs : « Quand ma carrière sera terminée, j'aurais eu un certain nombre de relations avec des joueurs ... Je connaîtrais des personnes qui sauront que j'aurais été droit avec elles. Que je sois au sommet ou que je contrôle tout, j'aurais fait ça de la bonne manière. Et j’ai pris en compte la situation des gens et de leurs familles et ce qui pourrait être pris en considération au lieu de prendre une décision basée sur un argument du type 'bon, c’est ce qui serait mieux pour moi. C'est ce que les gens veulent me voir faire'. » Alors que la mode est aux « superteams », un joueur tient tête à ce modèle.

Au sein d’une franchise maudite, Damian Lillard a su redonner espoir et surtout, il n’a pas abandonné. Ces dernières années, les Blazers sont en effet célèbres pour avoir drafté Sam Bowie alors que Michael Jordan était disponible (en 1984) et Greg Oden alors que Durant était disponible (en 2007). L’échec de leurs leaders désignés est également à mentionner. Le pauvre Brandon Roy se voyait obligé de terminer sa carrière prématurément à cause des blessures. Après des années d’échec en playoffs, LaMarcus Aldridge partait lui à la fin de son contrat aux Spurs pour chasser un titre. De son côté, Lillard permit aux fans de la franchise de retrouver le sourire et surtout de se trouver un héros local. Ayant fait toute sa carrière à Portland, Dame DOLLA prolongea même pour 5 ans en juillet 2015... alors que la franchise n'offrait que peu de garanties sportives. Avec lui sur le terrain, les supporters de l’Oregon peuvent y croire. En 2019, après deux sweeps consécutifs subis (élimination sur un 4-0 en playoffs – NDLA), la tendance s’est inversée et le All-Star a le vent dans le dos. Ça tombe bien, ce sont les Houston Rockets qui retrouvent Portland au prochain tour. Ça ne vous rappelle rien ?