Une campagne de prévention sexiste sur Tinder ?

/ le 10 mars 2014
Tinder accusé de sexisme
Une campagne encourageant les rapports protégés a été jugée sexiste et a provoqué colères et consternations. Tinder, célèbre application de drague, a été utilisée comme exemple pour montrer les dangers d'avoir des coups d'un soir non-protégés.

 

Pour celles et ceux qui ne sont pas encore au courant, Tinder est l'application drague de l'année. Elle a notamment  été élue meilleure nouvelle start-up en 2013 aux Crunchies Awards.

Il n'y a pas si longtemps de ça, on vous parlait du premier match Tinder en Antarctique.

Fondée sur deux principes essentiels pour choper, la géolocalisation et l'attirance commune entre les deux interlocuteurs, Tinder fait un carton chez les 18-24 ans. Cette application, simple et ludique, se repose principalement sur le physique et moins sur les intêrets communs ou bien les hobbies comme les autres sites de rencontres, qu'elle contribue de fait à ringardiser. Son succès est dû notamment aux chances plutôt élevées de s'assurer un coup d'un soir facilement.

Une campagne polémique

Une nouvelle campagne de prévention pour l'usage de préservatifs, dans le cadre de la AIDS Task Force, a été créé par l'agence publicitaire israëlienne GREAT Interactive. Celle-ci n'a pas fait l'unanimité, bien au contraire.

 

Tu n'es probablement pas son unique match, utilise un préservatif.

 

Relativement bien trouvée et en phase avec les usages des utilisateurs de l'application, la campagne a pourtant contrarié aussi bien la gente féminine que masculine. Car si on fait bien attention, l'exemple mis en valeur par les communicants est celui d'une jeune femme qui connaît plusieurs partenaires masculins.

Jugée sexiste, la campagne a donc provoqué l'ire de nombreux individus, et a même été qualifée de honteuse.

Bref, mauvais coup de pub pour l'agence et pour AIDS Task Force, une association dont la mission principale est de réduire la propagation des MST et de fournir les informations nécessaires sur ce sujet, encore fragile et tabou de nos jours.

Après ce retentissement négatif, Tinder s'est défendu est précisant que l’entreprise "ne participait à ce projet en aucune manière". Il semblerait que l'application ait été utilisée comme une plateforme pour l'association.

Malgré les retours défavorables, cette campagne est encore en ligne d'après le site d'information Daily Dot.

 

Via The Huffington Post

 

/ le 10 mars 2014

Commentaires