Attaque de Nice : l'application d'alerte déjà critiquée

Réveille Watt ! (2015-2016) Vendredi 15 juillet 2016

Réécoute
Attentat de Nice : l'application d'alerte déjà critiquée
On espérait que SAIP, l'application lancée par le gouvernement, ne soit pas utilisée. L'application a été utilisée mais elle est déjà critiquée !

Attentat de Nice - Lors des festivités du 14 juillet, un camion a foncé sur la foule sur la promenade des anglais à Nice. Même si la confusion régnait : les autorités ont rapidement évoqué le terme " d'attentat " alors que les médias distillaient les premières informations au compte-goutte contrairement à l'application.

Normalement, en quinze minutes vous êtes censés recevoir une alerte sur votre téléphone sauf que l’application a tardé à réagir. Pour l’attentat de Nice, l’alerte est parvenue aux alentours de 1 h 34, soit plus d’une heure et demie après l’attaque sur la promenade des Anglais, qui a fait au moins 84 morts et plusieurs blessés. SAIP est déjà critiquée sur les réseaux sociaux.

Lors des attentats de Nice, la notification de SAIP fait état d' une "intervention en cours des forces de l'ordre et de secours suite à un attentat" sur la Promenade des Anglais à Nice. "Abritez-vous" et "ne vous exposez pas", ont demandé les autorités. Une source proche du ministre de l'Intérieur rappelle au site Metronews que cette alerte est déclenchée par le préfet "qui décide des modalités".

"Intervention en cours des forces de l'ordre"

SAIP est le sigle pour Système d'alerte d'information des populations. Le gouvernement a lancé cette application à l'occasion de l'Euro-2016 de football, pour nous prévenir en direct en cas d'attentat à proximité ou de "crise majeure", comme une attaque nucléaire, ou encore la rupture d'un barrage. Vous pouvez télécharger l’application sur Android et IOS et ça complète tous les dispositifs qui existent déjà comme les sirènes et les différentes consignes données par la municipalité, la police sur les réseaux sociaux.

Vous téléchargez jusqu'à huit zones géographiques, si l'on s'inquiète pour des proches par exemple. En plus des alertes, l'application donne des conseils de comportement à adopter, et les consignes à respecter en fonction de la nature de l'alerte. Le but ? Nous tenir au courant de ce qu’il se passe mais aussi ne pas saturer les numéros important comme la Police, les pompiers etc.

Ce manque de réactivité peut sans doute être expliqué par un temps nécessaire à la vérification des informations. Il a été accentué car l’information circule dans un sens : cela signifie que lorsque vous recevez des alertes, vous ne pouvez pas envoyer de photo ou encore des informations aux administrateurs (donc il ne peut rendre compte des comportement des utilisateurs lorsqu'il se passe un évènement de grosse ampleur, à l'image du Safety Check). Clairement ça l’a fout mal mais j’imagine que des améliorations vont être apporté d’ici les prochaines semaines.



Crédit photo : Site Ministère de l'intérieur

Commentaires