Un candidat écolo à la présidentielle, pour quoi faire ?

Mouv' Nation Vendredi 11 novembre 2016

Réécoute
Un candidat écolo à la présidentielle, pour quoi faire ?
Yannick Jadot a été élu cette semaine candidat d'Europe Ecologie - Les Verts pour la présidentielle. Il n'a aucune chance de remporter l'élection l'année prochaine. L'écologie politique ne séduit plus et ce sont les militants associatifs qui plus que jamais portent le combat de la défense de l'environnement.

MOUV' NATION #S2E10 : Un candidat écolo pour 2017. Pour quoi faire ?

2,31 %. Yannick Jadot parviendra-t-il à augmenter le score d'EELV à la présidentielle 2012 ? Pas sûr. A l'époque, la candidate s'appelait Eva Joly et le parti écolo était - déjà - embourbé dans des guéguerres intestines. Cinq ans après, EELV est carrément en ruine, de nombreux cadres du parti ont choisi de rejoindre François Hollande (pour rentrer au gouvernement) et la moitié des adhérents ont quitté le navire écolo depuis 10 ans. (On compte aujourd'hui environ 7500 personnes encartées chez EELV). Yannick Jadot, député européen, est un inconnu du grand public et il a battu en finale avec 54,25 % des voix, Michele Rivasi, à la notoriété elle aussi confidentielle. Exit donc la très médiatique Cécile Duflot que tout le monde voyait déjà gagnante de la primaire écolo. En fait, les adhérents Verts ont choisi en Yannick Jadot un ancien militant de Greenpeace et un spécialiste du climat. En résumé, ils souhaitent plus d'écologie militante mais surtout moins de politique politicienne. Un constat que l'on retrouve dans la société où de plus en plus de jeunes rechignent à grossir les rangs des partis et préfèrent donner leur temps et leur énergie pour des causes environnementales défendues par des associations ou des ONG.  

Le MIX de Mouv' Nation

 

 





 

L'écologie, c'est ce que tu manges, c'est ce que tu bois, c'est commment tu te déplaces, c'est partout dans la vie quotidienne


 

 

En se rendant au siège d'Europe Ecologie - Les Verts à Paris le jour même où les adhérents écologistes choisissaient leur candidat à la présidentielle, on s'imaginait rencontrer des militants tout excités à l'idée de rentrer en campagne, mais pour tout dire, ce n'était pas vraiment l'ambiance des grands jours. On a même eu pas mal de difficultés à trouver des volontaires qui voulaient bien échanger à notre micro. L'une des raisons réside sûrement dans le fait qu'EELV est aujourd'hui un mouvement en pleine reconstruction : "c'est sûr qu'il faut remobiliser les troupes et un peu repartir de zéro" nous explique par exemple Aurélien. 

 

 On a du mal à se faire entendre, les médias ne parlent que d'identité et de sécurité  


 

Vincent, militant EELV, regrette également que les débats dans la société civile soient confisqués par les enjeux sécuritaires mais c'est aussi pour cette raison dit-il qu'il veut convaincre qu'il faut voter EELV en 2017 et qu'un candidat écolo à la présidentielle est indispensable, il s'explique :  

 

Faire progresser l'écologie ça ne se fait pas uniquement en devenant Président, le seul endroit où l'écologie est absente, c'est dans le discours des hommes politiques, on a donc un rôle à jouer 


 

EELV se contentera donc d'une candidature modeste. Dommage, alors que les problèmes environnementaux sont partout et concernent tous les pans de la société. Marine Tondelier, élue locale à Henin-Beaumont (62) où le maire est FN ne se défile pas : "je comprends que les gens en aient ras le bol de la politique, mais il faut comprendre que si l'écologie politique n'est pas suffisante, elle reste nécessaire".

(A écouter ici)

Marine Tondelier, élue locale EELV à Henin-Beaumont (62)

 





 

Le problème c'est pas l'écologie politique, le problème c'est la politique elle-même 


 

Laissons de côté maintenant la politique ou plutôt la politique "politicienne". Nous nous sommes rendus à Paris à la Maison des Etudiants à l'occasion d'une réunion du Réseau Français des Etudiants pour le Développement Durable, (REFEED). Nous y avons rencontré Astrid, Léa, Ben, Charles-Adrien et d'autres militants de la cause écologiste ou environnementale, engagés donc mais non politisés. Tous regardent l'élection présidentielle avec intérêt mais aussi avec pas mal de distance et même de méfiance. Une manière de ne pas s'enflammer quand arriveront bientôt les grandes promesses qui font les campagnes électorales. Charles-Adrien par exemple a une approche très réaliste des choses :


Soit on continue de ne rien faire et on crève tous à cause du climat, soit c'est la 3ème guerre mondiale, soit on change tous dans la joie et la bonne humeur  


 

(A écouter ici)

Les étudiants du REFEED

 

 

D'autres comme Léa essaient de rester pragmatiques : "moi je fais de la politique avec un grand P, dans le sens où je participe à la vie de la cité. Si on avait un président écolo, ça changerait pas mal de trucs mais on en est loin. A part Yannick Jadot ou Jean-Luc Melenchon, personne n'a de vision sur l'écologie. Quand on voit Sarkozy qui est même devenu climato-sceptique, c'est à devenir fou".  

 

Si tu aimes faire du sport, tu as sûrement envie de moins de pollution quand tu va courir ? Si tu aimes bien manger, tu veux que ton alimentation soit saine ?  Et est-ce que on est vraiment obligé de changer de téléphone juste pour en avoir un nouveau ? 


 

Finalement, ces jeunes militants très attachés aux questions de développement ou d'environnement savent pertinemment qu'il n'y a pas de recette miracle malgré l'urgence. Le mieux, c'est encore de sensibiliser le maximum de personnes autour de soi et de ne pas lâcher les femmes et les hommes politiques grâce à des actions de lobbying, de pressions ou des manifestations. Et puisqu'on en est tous à critiquer sans cesse les politiciens pour leur manque d'efficacité, on peut aussi ne pas oublier que NOUS pouvons changer les choses par nous-mêmes, que "tout achat par exemple est un acte politique". Reflexe indispensable et peut-être, on peut l'espérer, salutaire.

(A écouter ici)

 Léa, et Astrid





 

 

Le son de la semaine : Youssoupha => La vie est belle

 

 





 

Crédits photos : Marion Lagardère et MaxPPP

+ de Mouv' Nation


Page Facebook Mouv' Nation

Commentaires