Primaire de la droite, tous aux urnes ?

Mouv' Nation Vendredi 14 octobre 2016

Réécoute
Primaire de la droite, tous aux urnes ?
Débat télévisé, tractage des militants et meetings politiques. A droite, la campagne électorale pour la primaire bat son plein. Elle aura lieu les 20 et 27 novembre prochain et tout le monde pourra voter. Le gagnant sera le candidat officiel de la droite à la présidentielle... et pourrait bien succéder à François Hollande.

Alternance : les militants du parti Les Républicains (ex UMP) n'ont que ce mot à la bouche. Impossible selon eux que l'actuel président socialiste François Hollande soit de nouveau élu en mai prochain alors ils rêvent éveillés.

Pour les partisans de Nicolas Sarkozy, Alain Juppé ou encore Bruno Le Maire, le Parti Socialiste a fait son temps et 2017 verra le retour de la droite au pouvoir. C'est aller un peu vite car la Présidentielle réserve souvent son lot de surprises et surtout il faudra d'abord passer par la case primaire pour qualifier celui qui aura le droit de concourir à la vraie élection. En 2011, le PS s'y était déjà essayé mais cette fois cela concerne la plupart des partis. Chez les écologistes, au PS en janvier prochain et donc à droite on fait donc maintenant comme aux Etats-Unis.

Mais comment ça marche une primaire ? Qui peut vraiment y participer ? Et comment fait-on pour convaincre des électeurs désabusés par la politique ? Enfin, dernière question, c'est quoi être de droite ?  Pour tenter de répondre à ces questions, Mouv' Nation est allé à votre rencontre et a suivi plusieurs militants des Républicains à Paris et à Bobigny en Seine-Saint-Senis.

Avant cela, on pose le débat avec le Mix de Mouv' Nation

La primaire coûtera deux euros, ça veut dire que tu peux virer Sarkozy... pour le prix d'un Bounty. 


 

 

 



La primaire ? c'est une mascarade. 


 

Le système des primaires en France est un phénomène assez nouveau. Il est même inédit à droite où on a toujours eu l'habitude de se ranger naturellement derrière le chef de parti. Cette tradition héritée du Général de Gaule est terminée. Maintenant il faut se qualifier en interne et on assiste donc à des affrontements politiques entre anciens alliés.

Alors que la primaire doit normalement permettre un débat d'idées, elle se transforme souvent en guerre des chefs. Et pour l'instant, c'est ce à quoi on assiste à droite. L'ancien président Nicolas Sarkozy est par exemple attaqué par ses ex-ministres à cause de ses affaires judiciaires et Alain Juppé est moqué à cause de son âge par ceux qui hier vantaient son expérience.

 

Aujourd'hui on cherche à élire le moins pire alors qu'il faudrait élire le meilleur.



Tout cela ne vous a pas échappé et si beaucoup iront voter en partant du principe que "le candidat qui va gagner la primaire à droite sera le nouveau président", vous êtes encore plus nombreux à critiquer la démarche : le manque de renouvellement, la quête du pouvoir, les débats interminables sur l'identité et l'immigration vous rebutent ou pire vous écœurent. Bref un sentiment général résumé en une phrase :

C'est pas une primaire, c'est juste un show.


 

(À écouter ici)

 

La jeunesse ne s'engage pas en politique, il faut que ça change. 


 

On l'a compris donc, pas facile d'intéresser les gens à la politique, tout ça n'est pas nouveau et ça a plutôt tendance à empirer aussi bien à droite qu'à gauche d'ailleurs. Les jeunes militants du parti les Républicains eux y croient et ont bien l'intention de décider un maximum de personnes d'aller voter. Nous avons suivi quelques-uns d'entre eux à Bobigny dans le 93, un département où l'on vote peu et où il faut donc beaucoup de détermination pour tenter de convaincre.

(À écouter ici)

Nicolas, Goeffrey, Nikita, et Alexandre. Militants des Républicains en tractage à Bobigny (93)

 

Qui sont les candidats ?

Nicolas Sarkozy : 61 ans

Jean-François Copé : 52 ans

Bruno Le Maire : 47 ans

Nathalie Kosciusko-Morizet : 43 ans

Alain Juppé : 71 ans

François Fillon : 54 ans

Jean-Frédéric Poisson : 53 ans

 

Pourquoi aller voter à la primaire de la droite (ou pas)?

- Parce que c'est un droit démocratique

- Parce qu'il y a une grande chance pour que le vainqueur de la primaire à droite soit le (ou la) prochain(e) président(e) en 2017

- Parce que si elle s'adresse surtout aux sympathisants de droite et du centre, elle est aussi ouverte à tous.


Comment ça marche ?

- Les 10228 bureaux de vote seront répartis partout en France

- Il suffit d'être inscrit sur les listes électorales et d'avoir 18 ans avant le 23 avril 207, date du premier tour de l'élection présidentielle pour pouvoir voter à la primaire.

- Pour voter enfin, il vous en coûtera deux euros.


 

 La droite, c'est la liberté individuelle et le droit de réussir.


 

Pour terminer notre reportage, on a posé une question incontournable mais pas si évidente à aborder. Alors que le PS de François Hollande ressemble de plus en plus au centre, que le FN dans sa quête de respectabilité tente de se normaliser, qu'est-ce qu'est la droite aujourd'hui ? Aurore Bergé qui milite pour Alain Juppé nous donne son avis : "On n'est pas uniforme, on n'est pas tous les mêmes" dit-elle. Comprenez, il n'y a pas que la droite dure version Sarkozy et son tropisme sur l'Islam, l'identité et l'immigration. La droite, ce serait d'abord la liberté individuelle et le droit de réussir" assure cette militante de 29 ans.

(À écouter ici)

Aurore Bergé, chargée de la campagne sur les réseaux sociaux pour Alain Juppé
 


 

Le son de la semaine : Ninho / Binks to Binks Part 1

 

 


Crédits photos : Marion Lagardère

 
+ de Mouv' Nation

Page Facebook Mouv' Nation

 

 

 

Commentaires