Pour ou contre le droit de vote à 16 ans ?

Mouv' Nation Vendredi 16 décembre 2016

Réécoute
Pour ou contre le droit de vote à 16 ans ?
Voter à partir de 16 ans ! Le débat revient dans l'actualité et le syndicat lycéen UNL vient de lancer un référendum sur le sujet. Si la majorité électorale était abaissée, environ 1,5 millions d'adolescents pourraient ainsi participer aux scrutins. Une bonne idée ?

MOUV' NATION #S2E15 : Pour ou contre le droit de vote à 16 ans ?

On le sait, plus on est vieux et plus on vote. Selon un sondage IPSOS relatif à la présidentielle de 2012, 87% des plus de 60 ans se sont rendus aux urnes pour le second tour contre 80 % tous âges confondus. Une tendance qui semble influencer les politiques qui parlent beaucoup à cet électorat (par exemple avec le débat incontournable sur les retraites) mais plus rarement des problématiques liées à la jeunesse. Aujourd'hui on compte environ 1,5 millions Français âgés de 16 et 17 ans et qui sont donc exclus des scrutins. Leur donner le droit de vote obligerait peut-être les élus à mieux prendre en compte les demandes de la jeunesse selon les partisans de l'abaissement de la majorité électorale. Cela permettrait également aux premiers concernés de se responsabiliser en participant plus activement à la vie de la cité. C'est l'un des combats de l'Union Nationale Lycéenne qui milite depuis des années pour le vote à 16 ans. Le syndicat lycéen vient de lancer un grand référendum dans 300 établissements dont les résultats seront connus en janvier prochain. Reste la question de la maturité politique et intellectuelle : est-on vraiment prêt à voter quand on est adolescent ? Mouv' Nation pose le débat.  

LE MIX  : "Ils n'ont pas de cerveau, ils ne devraient pas avoir le droit de vote"

 

 


 

Avec le vote à 16 ans, on arrêterait peut-être de nous prendre pour des gamins 


 

Êtes-vous favorable à l'élargissement du droit de vote à 16 ans ? C'est donc la question posée par l'Union Nationale Lycéenne à des milliers d'élèves dans des centaines d'établissements partout en France. Un référendum qui dure jusqu'au samedi 17 décembre. Les résultats devraient être connus en début d'année et on pourrait avoir des surprises car le débat avait avait déjà été lancé par le magazine Phosphore en 2007 et les 16-17 ans avaient répondu... non à 63 %. Pour tenter de sonder votre humeur sur ce sujet, nous sommes allés au lycée Paul Valery dans le 12ème arrondissement de Paris et les avis sont plutôt partagés. Nous y avons par exemple interrogé Anna qui n'est pas vraiment emballée par cette éventualité :

Je ne pense pas avoir les épaules pour pouvoir voter, j'aurais trop peur de faire des mauvais choix...


 

(À écouter ici)

L'UNL en force pour tenter de convaincre les lycéens de voter... pour le vote à 16 ans

 

Oui on est toujours sur nos écrans ou nos portables mais on est conscients de ce qui se passe autour de nous...  


 

La peur de faire des mauvais choix par manque de confiance, le risque aussi d'être influencé par ses parents ou ses amis sont des arguments qui reviennent souvent et pourtant plusieurs Etats ont déjà adopté le droit de vote dès 16 ans : l’Écosse, l'Autriche, l'Argentine, le Brésil, l'Equateur et même cinq länder allemands pour les élections locales. La France elle est à la traîne : dans notre pays on peut légalement travailler et donc payer des impôts à 16 ans, avoir des relations sexuelles consenties dès 15 ans ou passer son permis de conduire mais on ne peut donc pas voter.

En janvier prochain, on pourra voter à la primaire du Parti Socialiste à partir de 16 ans mais ce n'est pas un scrutin officiel.

Dans le monde politique, plusieurs députés de droite comme de gauche se sont prononcés pour et le candidat du mouvement la France insoumise Jean-Luc Melenchon a inscrit dans son programme présidentiel le vote dès 16 ans et même... le vote obligatoire. Explications de Raquel Garrido, porte-parole de Jean-Luc Melenchon.

(À écouter ici)

Des lycéens de Paul Valery dans le 12éme arrondissement de Paris
 


 

LE SON DE LA SEMAINE : ESPIIEM - TOUT DE NOIR VÊTU

 

 


Crédits photos : Marion Lagardère

+ de Mouv' Nation sur Mouv'
+ de Mouv' Nation sur Facebook


Commentaires