Liberté, égalité... sécurité

Mouv' Nation (2015-2017) Vendredi 05 février 2016

Réécoute
Liberté, égalité... sécurité
Toujours plus d'état d'urgence. C'est le choix du gouvernement qui entend le prolonger. Mouv' Nation fait le bilan. Plus de sécurité, ça change quoi au quotidien ? Pourquoi les manifestations se multiplient pour demander la fin de cet état d’exception ? Reportage à Paris et à St-Denis.

MOUV' NATION : Épisode 20 / Liberté, égalité... sécurité

3210 perquisitions, plus de 400 personnes assignées à résidence, 12 lieux de cultes fermés, une mise en examen pour terrorisme. C'est le bilan brut et provisoire de presque trois mois d'état d'urgence. Une situation qui génére de nombreuses mesures appliquées de façon discriminatoire selon le récent rapport d'Amnesty International. Le gouvernement lui devrait dans les jours qui viennent en acter la prolongation. Selon François Hollande « ce n'est pas un état d'urgence permanent mais un état de droit protecteur ». Pas vraiment l'avis des centaines d'associations qui s'élèvent contre ces mesures. Des avocats, des magistrats, des universitaires, des parlementaires, des intellectuels se sont également prononcés contre ce qu'ils considèrent comme un état d'exception.  

 LE MIX' THEME « L'état d'urgence oui, mais jusqu'à quand ? »

 

 





 

« Moi je suis typé basané, on est mal vu dans la rue »

A Saint-Denis, où la police avait donné l'assaut contre les terroristes le 18 novembre dernier, les habitants ont constaté qu'il y avait plus de policiers certes... mais plus de méfiance aussi en direction des français d'origine immigrée. Témoignages notamment de Nordine et Damien.

 

 

 


 

 « Tu vas dans une manif aujourd'hui, et tu peux te faire arrêter » 

Rencontre avec Louise et Florian à l'occasion d'une manifestation contre l'état d'urgence dans le nord de Paris. Pour eux, l'état d'urgence est une mesure réactionnaire mal adaptée. "Les gens ne savent pas ce qui se passent" assure Louise. Selon les sondages, la population française est pourtant largement favorable à la prolongation de l'état d'urgence.

 

Louise et Florian

 

 





 

« L'assignation à résidence ? Une torture psychologique »

  Cédric, assigné à résidence pendant trois semaines.


Cédric, 30 ans, a été assigné à résidence parce que, dit-il, il a participé à une manifestation en faveur des migrants. D'autres cas de militants politiques ou écologistes assignés ont été relevés par plusieurs associations. La justice a par ailleurs annulé plusieurs procèdures car le droit n'avait pas été respecté.

 

 



 « Les politiques font de la surenchère sécuritaire »


Martin Pradel est avocat notamment pour la Ligue internationale des droits de l'homme. Il défend une vingtaine de djihadistes présumés. Il dénonce le jeu dangereux du gouvernement, "l'instinct de survie du politique" dépassé par les événements. La solution : former des policiers et augmenter le budget de la justice.

Martin Pradel , avocat.


 

 





Crédits photos : Marion Lagardère et Radio France

Retrouvez toutes les diffusions de Mouv' Nation ici et la page Facebook Mouv' Nation

Commentaires