Fillon : mauvaise graine ?

Mouv' Nation Vendredi 31 mars 2017

Réécoute
Fillon, mauvaise graine ?
À 23 jours du premier tour de la présidentielle et malgré sa mise en examen, François Fillon est toujours là. Sur le terrain les électeurs sont écœurés par les soupçons de corruption qui entourent sa candidature et beaucoup de ses partisans doutent. Reportage à Nantes.

MOUV' NATION #S2E27 : Fillon, mauvaise graine ?

(Re)disons le tout de suite, François Fillon mis en examen notamment pour détournement de fonds publics est présumé innocent mais les indices que la justice a réunis sont graves. Le candidat des Républicains peut par ailleurs crier au complot mais ce qu'il a reconnu devant les enquêteurs ou même publiquement est totalement disqualifiant. Comment faire confiance a un homme politique qui s'est fait offrir pour 13 000 euros de costumes ou des montres à plus de 10 000 euros ? Difficile de croire qu'il n'y a pas de contrepartie. Comment accepter qu'il ait salarié sa femme alors que personne ne l'a vue travailler, et ses enfants encore étudiants pendant des années avec l'argent public ? Comment respecter un homme qui a juré sur l'honneur qu'il ne serait pas candidat en cas de mise en examen et qui finit par renier sa parole ? Car Fillon est toujours là et sur le terrain, le maintien de sa candidature a accentué l'impression du "tous pourris" en direction des femmes et des hommes politiques. Même ceux qui ont encore envie de voter pour François Fillon doutent de son honnêteté. C'est ce que nous avons vérifié à Nantes à l'occasion d'un meeting du candidat de la droite. Pourtant, la corruption du monde politique aussi insupportable soit-elle est loin d'être généralisée. 0,1% des élus Français ont été condamnés selon la porte-parole de Transparency International que nous avons interrogée et la succession des affaires n'est pas une "mauvaise nouvelle" parce qu'elle correspond aussi à une prise de conscience des Français qui n'acceptent plus certains privilèges. Les choses seraient donc en train de changer selon l'ONG qui travaille sur la transparence de la vie publique. Maigre consolation alors que le climat de cette campagne présidentielle n'a jamais été aussi délétère. 

Le MIX de Mouv' Nation : " À mon avis, tu me prends pour un con."

(Á écouter ici)

 

Fillon ? Qu'il retourne dans son château.


 

Avant d'interroger les sympathisants de François Fillon à l'occasion d'un meeting du candidat des Républicains, nous sommes allés à la rencontre des électeurs dans le centre-ville de Nantes. Et le moins que l'on puisse dire c'est que "l'affaire Fillon" a fait énormément de mal. Á trois semaines du premier tour de la présidentielle, la défiance envers les politiques n'a jamais été aussi grande. François Fillon est taxé de "corrompu", "d'escroc" et même "d'enfoiré". Son rapport à l'argent ferait de lui un homme "déconnecté de la réalité et qui ne se rend pas compte de la vie des Français". La formule qui revient le plus est celle de la confiance perdue, notamment chez celles et ceux qui envisageaient de voter Fillon. C'est ce que nous expliquent par exemple Delphine et Rodolphe, très enthousiastes sur le programme économique de Fillon mais aujourd'hui complétement désemparés quant à leur choix de vote le 23 avril prochain. 

(Á écouter ici)

 

Quoi qu'il arrive, l'élection a été détruite par les affaires. 



Même les sympathisants les plus sincères de François Fillon sont en plein doute. Nous avons par exemple rencontré François, Tom, Thomas et Antoine au meeting du candidat des Républicains : "Depuis les affaires, raconte l'un d'entre eux, il nous fait moins rêver c'est sûr, mais les idées, elles, demeurent". Resterait donc, au-delà des soupçons de corruption, les préconisations de François Fillon, comme la suppression de 500 000 postes de fonctionnaires ou ces promesses qui plaîsent beaucoup à une partie de la droite selon lesquelles "il faut relever le pays" ou "redonner à la France sa fierté et son courage".

On nous dit qu'on défend un voleur mais je veux être convaincu qu'il lui reste de l'intégrité et puis je soutiens surtout un programme.


 

(Á écouter ici)

Des jeunes soutiens de François Fillon avant son meeting à Nantes.

La bonne nouvelle, c'est la vigilance accrue des citoyens. 


 

Alors, tous pourris ? Surtout pas. C'est la réponse d'Elsa Foucraut porte-parole de l'ONG anti-corruption Transparency  qui a notamment lancé une cartographie de la corruption en France. Comme depuis dix ans pour les principaux scrutins, l'association, qui se pose en "vigie citoyenne", a envoyé un questionnaire aux candidats "pour qu'ils s'engagent à renforcer la transparence et l'éthique de la vie publique sur la base de onze recommandations" comme par exemple la publication des dépenses pendant les campagnes, la limitation des mandats dans le temps ou l'indépendance de la justice.

L'ONG rappelle également que "seulement" 0,1% des 500 000 élus de France sont concernés par des affaires de corruption et que si les affaires sortent, c'est que la démocratie fonctionne. Les Français eux ne le vivent pas tout à fait de la même manière selon un sondage commandé par l'association, 57% des Français ont le sentiment que les personnes ayant du pouvoir sont pour une grande partie d'entre elles corrompues.

(Á écouter ici)

Elsa Foucraut porte-parole de l'ONG anti-corruption Transparency


►  Le son de la semaine : Post Malone - Go Flex

 


Crédits photos : Nasser Madji / AFP

+ de Mouv' Nation sur Mouv'
+ de Mouv' Nation sur Facebook

 

 

Commentaires