Alyette Tritsch mobilise les étudiants pour la reprise d'études des réfugiés

Mode d'emploi (2015-2016) Mercredi 08 juin 2016

Réécoute
Alyette Tritsch mobilise les étudiants pour la reprise d'études des réfugiés
En mars 2016, Sciences po accueillera 20 réfugiés pour des cours de FLE (français langue étrangère) notamment et Alyette Trisch, étudiante en première année de master à l’école d’affaires internationales de Sciences po Paris, n’y est pas pour rien !

 

Portrait d'Alyette Tritsch

Cette élève de Sciences po mobilise les étudiants pour la reprise d'études des réfugiés

Alyette Tritsch, 21 ans, s’apprête à officialiser la création de la branche française de l’association allemande Kiron, qui accompagne les réfugiés dans leur reprise d’études. L’engagement de cette étudiante, en première année de master à l’école d’affaires internationales de Sciences po Paris, a boosté la mobilisation de l’école et des étudiants.


 

En mars 2016, Sciences po accueillera 20 réfugiés pour des cours de FLE (français langue étrangère) notamment et Alyette Trisch, étudiante en première année de master à l’école d’affaires internationales de Sciences po Paris, n’y est pas pour rien !

En septembre 2015, la jeune femme de 21 ans se rend dans des camps de réfugiés pour donner un coup de main, notamment vers la gare de l’Est et la mairie du 18e arrondissement de Paris. L’aide s’y organise de manière un peu informelle, via Facebook, en fonction des besoins. "Je me suis rendue compte que beaucoup de réfugiés demandaient d’accéder aux études supérieures", explique-t-elle. Elle poste alors un commentaire sur la page Facebook de sa promo à Sciences po, où elle écrit, en substance : "Nous, étudiants, pourrions être à l’origine de quelque chose et pousser l’administration de notre école à réagir".

Source

 

 


Crédit Photo:Alyette dans les locaux de Sciences po. // © Photo fournie par le témoin

 

Commentaires