Le rap : une pièce du puzzle du Sakifo Festival [reportage]

Les rapporteuses Mercredi 07 juin 2017

Réécoute
Le rap : une pièce du puzzle du Sakifo Festival [reportage à La Réunion]
Du 2 au 4 juin, le Sakifo accueillait le meilleur de la musique pop mondiale durant trois jours. 54 artistes, 13 nationalités avec parmi les têtes d'affiches Kery James et Killason programmés le vendredi. Rencontre à Saint-Pierre - La Réunion.

Le Sakifo* c'est l'un des plus gros événements culturel de La Réunion. Créé en 2004, ce festival accueille chaque année près de 40 000 personnes sur trois jours et propose, côté programmation, une palette très éclectique que l'on pourrait réunir sous une même et grande étiquette : la Global Pop. De la musique populaire - qu'elle soit traditionnelle ou moderne - venue des quatre coins du monde.

Au Sakifo cette année, on pouvait passer d'une ambiance chill  sur de la soul du Mozambique, participer à une grande messe reggae orchestrée par les doyens jamaïcains Inna de Yard, écouter le traditionnel Maloya de la Réunion à la Case Verte et bien entendu, se lancer dans un pogo géant lors d'un concert de rap.

On a suivi Kery James et Killason sur la journée du vendredi.



Kery James : Saint-Pierre c'est le Barça ! 

Kery James sur les balances


Le rap, une pièce du puzzle

Pour Jérôme, Directeur du festival, le rap a toujours eu sa place dans l'univers Sakifo au même titre que le rock ou l'electro. Il est d'ici ou d'ailleurs. Sud-africain, métropolitain ou réunionnais. Il est un élément du puzzle qui prend tout son sens une fois les pièces réunies. On obtient alors un joli tableau. Côté programmation, les choix se font chaque année en fonction des succès populaires mais sont surtout basés sur la qualité.

Kery James est monté sur la scène pour faire transpirer le public. Assisté par ses backeurs OGB et Teddy Corona, il a invité la foule à le suivre dans son entraînement sur le ring, pris le micro pour livrer une nouvelle fois le combat. J'hésitais à faire un titre comme Vivre ou mourir ensemble parce qu'on est sur un festival explique-t-il à la fin de son concert mais ils sont dans un vivre ensemble qui fonctionne. Il faut les encourager. Ils ne sont pas encore tombés dans les travers de la métropole, les divisions etc. J'aime beaucoup ce pays. Enfin si je dis ce pays, je ne sais pas si...j'ai envie de dire ce pays. J'aime beaucoup ce pays. 

Durant son concert, Kery James avait d'ailleurs prévu une surprise "locale" pour le public du Sakifo. Davy Sicard, grande figure de La Réunion avec son "Maloya cabossé"- musique fusion inspirée du Maloya de La Réunion - est venu le rejoindre le temps d'un morceau, Soledad (présent sur la compilation de Kery James 92-2012).

 

 

Killason, une affaire de famille


Concert en prison

Durant son séjour à La Réunion, Killason a aussi donné un concert dans un tout autre décor. Il s'est rendu avec ses parents à la prison de Saint-Pierre où il a joué durant une heure. Il y avait des tontons et des grand-frères. C'était vraiment impressionnant. La venue de Killason à la prison de Saint-Pierre était organisée en off du Sakfio par Alex Sorres, grande figure du rap à la Réunion. 

Quand Killason est arrivé à La Réunion, il s'est tout de suite senti en vacances. On est allés à la plage, on a chillé à l'hôtel raconte Killason pendant ses balances. Je suis en Marketing et Stratégie à l'Université Paris Dauphine, j'ai fini les cours il n'y pas si longtemps. Là, j'ai la sensation de décompresser.

Pour Killason, la musique doit être une fête car ses études lui prennent une grosse partie de son emploi du temps. Une célébration qui se joue aussi en famille car en coulisses, Killason c'est un trio.

Mon beau-père est toujours avec moi parce que c'est mon producteur artistique et mon sound designer sur scène. Julie, ma mère, c'est mon manageur. Elle est là quand elle peut parce qu'elle a aussi son boulot de danseuse à côté. J'ai vraiment une grande chance de travailler avec mes parents. On travaille pour notre intérêt commun.

Sur son tout dernier E.P STW1, Killason a d'ailleurs un titre Illumina qui raconte l'histoire de sa mère. On a une vraie harmonie ne serait-ce que pendant les balances alors quand on le fait en live et qu'on est tous ensemble, c'est d'autant plus fort.

Alex Sorres nous a aussi parlé du rap à La Réunion (à découvrir dans le player de la chronique) et raconté son travail en prison. (En écoute ci-dessous)  



*En amont du Sakifo se déroulait également la 6e édition du IOMMA (Marché des Musiques de l'Océan Indien), une plateforme de rencontres pour l'accompagnement et la professionnalisation de la filière musicale de l'Océan Indien où 24 groupes ont joué sur 4 soirées lors de showcases.  

À suivre dans les Rapporteuses le Sakifo de Georgio.


 


Crédit photo : Narjes

+ de Kery James sur Mouv'
+ de Killason sur Mouv'
+ de Rapporteuses sur Mouv'

 

Commentaires