KPoint : "j'ai toujours voulu aller plus loin que papa" [interview]

Les rapporteuses Jeudi 23 mars 2017

Réécoute
Kpoint "j'ai toujours voulu aller plus loin que papa" [interview]
Avec son look, sa guitare et son timbre de voix, KPoint se démarque dans le milieu du rap français. Il arrivera très prochainement avec une mixtape. On a voulu en savoir un peu plus.

 

Le dernier titre que t’as clipé c’est Prisonnier du Globe. Ce morceau il commence avec ces voix qui reviennent et rappellent… Elles rappellent quoi ces voix ?

Qu’on est tous prisonniers du globe, prisonniers de nos activités quotidiennes…du système…pas vraiment libres en vrai.

On devient libre comment ?

En s’échappant. Il faut s’évader et voir un peu plus loin. Il y en a qui font ça avec le sport, d’autres bossent et ça les détend. Moi, c’est la musique. La musique ça vient de moi, de mon père...

Ton père est musicien ?

Il faisait de la guitare au pays, au Cameroun. Je ne me rappelle plus du nom du groupe. Je me souviens juste que son blase c’était Johnny Sombrero. Je le taille tout le temps avec ça. Il gérait bien. J’ai vu quelques photos. Je n’ai pas eu l’occasion de voir ses clips mais je l’ai vu en live. 

 

Tu as commencé la guitare avec lui ?

Ouais. D’ailleurs j’en avais une quand j’étais tout petit. Elle n’avait plus de cordes et je faisais semblant de jouer comme les enfants. Et puis vers l’âge de 14/15 ans j’ai eu ma nouvelle guitare. J’étais refait.

À cette époque quand tu jouais de la guitare, c’était pour faire comme papa ?

Je voulais aller plus loin que papa. Papa il m’a appris à jouer mais tu sais je recherchais toujours de nouveaux accords, de nouvelles mélodies. J’ai eu besoin d’en savoir plus et j’ai souvent utilisé la guitare ensuite.

Il pense quoi de ton jeu à la guitare ?

Il kiffe.


 

Tu passes de titres comme La quotidienne à des titres plus trap comme Demi-lune...

Quand on était petit, on écoutait les sons de nos darons et c’est resté. Pas forcément des sons mais des rythmiques, une façon de faire, un flow. Inconsciemment, ça revient quand t’es adulte. Je suis vraiment dans les deux univers. J'ai besoin de ça. Les trucs plus trap, c’est moi au quartier. Tous les jours avec mes gars, on s’ambiance sur des sons comme ça.

Qui est-ce qu’on écoute pour faire un titre comme celui-là ?

Je vais en cabine et j’essaie plusieurs trucs sans forcément m’inspirer de quelque chose. Je cherche un flow et ensuite, j’écris les paroles. Sur le son Demi-lune je fais une voix un peu grave, ça pourrait rappeler un Future ou un Desiigner.

Et puis vous avez un peu la même coupe de cheveux avec Desiigner...

Plus maintenant, j'ai tout coupé.

Ah, c'est pour ça la casquette !

 

Cette mixtape qui arrive n'a pas de nom encore. Il n'y a pas de date de sortie non plus. Comment tu résumerais ce qu'on pourra retrouver sur ce projet ?

Ce projet c’est la détermination et la motivation. J’essaie de raconter comment je compte arriver à mon but. Et voilà, c’est mon histoire. 

C’est quoi tes rêves ?

 

 


Crédit photo : KPoint / Facebook

+ de Rapporteuses sur Mouv'

 

Commentaires