A2H : "en 2017, on a le droit d'être fragile" [interview]

Les rapporteuses Mardi 21 mars 2017

Réécoute
A2H "Ma musique est un gros questionnement sur le couple " [interview]
A2H est rappeur, producteur, musicien. Artiste touche-à-tout, il a déjà sorti 3 albums solo, fait dans le grime, le g-funk ou le rap plus cloud. Mais A2H fait aussi de la musique en fonction des saisons. En témoigne son tout dernier projet "Les hommes pleurent en hiver". Un 13 titres qu'il présente comme une "winter tape" avant l'été. On vous raconte :

 

Écouter ou reprendre la lecture :

 

Tu fais de la musique en fonction des saisons ?

C'est un peu le concept quand j'écris. Je m’imprègne vraiment de l’ambiance, de la période de l’année et ça se ressent dans mes morceaux. Là, c’est un peu plus solennel, fait dans le froid avec beaucoup de remises en questions.

Ce titre "Les hommes pleurent en hiver" ça raconte la tristesse, le désenchantement. La rupture amoureuse aussi…

C’est plus un questionnement sur le couple et ce que ça représente. Ma musique est un gros questionnement sur le couple de manière générale.

Ça revient souvent... 

Ici, c’est plus l’histoire d’un type qui se demande s'il faut s'en vouloir de faire de la merdre, se laisser aller à ses pulsions...

Tu as trouvé quelques réponses à ces questions ?

Ouais.

Lesquelles ?

L’amour c’est… On est tous un peu à la recherche de ça, d’un truc qui nous prend et nous passionne. Je suis un type passionné. Quand je flashe sur une meuf, je tombe souvent amoureux...j’ai été amoureux de tous mes plans cul...quand t'es avec quelqu’un avec qui tu restes et construis, ça fait mal parfois. C’est tout un remue-ménage à l’intérieur. Ça arrive parfois à des moments étranges… Voilà, c’est une recherche avec des doutes…

Ça doit être la pagaille dans ta vie amoureuse…

Non, ça va. Je n’en dirai pas plus. Disons que ça a souvent été le merdier.

T’es un docteur love…

D’une certaine manière. J’ai expérimenté l’aventure humaine on va dire. 

Sous la vidéo de ton clip "Les hommes pleurent en hiver" il y a ce commentaire assez rigolo, "on dirait le titre d’un livre qu’on devrait lire pendant les vacances"...

Pas faux. Je me souviens de livres pendant les vacances que tu ne lis pas et tu te fais le résumé quelques jours avant la rentrée.

Sinon autre commentaire, "on dirait le nom d’un film français un peu chiant"... 

Ouais, carrément avec Magimel ! Je voulais que ça soit comme une sorte de roman à l’eau de rose. Un peu dépressif, avec du sexe et de l’amour. Toute façon on est 2017, la fragilité on a le droit.

Tu portes du rose... 

Ouais, je suis en rose. Je suis fan de Dipset donc j’ai toujours assumé mettre du rose.

Et puis c’est une couleur comme les autres…

Voilà ! On est dans cette époque de la fragilité. Les rappeurs chantent, Drake est numéro un...ouais, on a le droit d’être fragiles. Peut-être qu’en 2018 on n'aura plus le droit. Il faudra qu’on soit tous méchants. On en profite là, on dit tout.

Et on érige un statue en l’honneur de Cam’ron, l’un des précurseurs dans le rose...

C’est vrai que ça nous a donné un peu un prétexte. Cam’ron il est légendaire. Je viens de cette époque "Dipset arrive en freestyle radio, Dipset arrive sur scène, Dipset sort un clip" et à chaque fois, c'était dingue. Le lendemain, je retournais au lycée habillé comme un plouc.

 

Écouter ou reprendre la lecture :

 

La vidéo pour "Les hommes pleurent en hiver", tu l’as tourné à Annecy. C’est le début de cette histoire qui va t’amener à Montréal. Quel meilleur endroit pour raconter l’hiver...

C’est clair. Une partie des gens avec qui je bosse est sur Montréal donc je fais pas mal d’allers-retours. L’hiver là-bas prend tout son sens. Le froid, il est dur. En plus, ils ont un rapport à l’hiver qui est très particulier. Ils ont des concepts comme les cuffing season, trouvé une meuf pour l’hiver. L’hiver, c’est tout un concept.

Ce qui est assez joli c’est qu’avant de rentrer dans l’hiver, ils ont ce moment qu’ils appellent les couleurs, ça annonce en quelque sorte cette immersion dans un monde souterrain…

C’est à cette période que j'y vais souvent et je rentre quand l’hiver commence à être trop rude.

C’était comment le tout premier hiver à Montréal ?

C’était il y a deux ans. Franchement, je suis parti avant que ça ne soit trop dur. Mais putain ! C’était impressionnant. Tu passes en deux jours de 12 degrés à moins 15, sans transition !

Cet hiver, on le ressent beaucoup dans la musique…

Ouais et en plus, j’ai bossé avec des producteurs de là-bas. Il y a un son canadien d'une manière générale. Il y a ce son de Toronto très à la mode et, le son montréalais. C'est différent. Si tu regardes les Kaytranada, High Klassified, Da-PIls ont un son qui est plus club. Ce n’est pas un endroit très hip hop finalement. C’est très rock, très électro. Ils sont près des States, de New York aussi. Les producteurs avec lesquels j’ai bossé, ils ont bien ce mélange. En plus, ce sont des africains  et ça donne un son terrible. 

Et quand on prend comme territoire Montréal pour une Winter Tape, c’est pour arriver avec un projet plus lumineux au printemps ? (A2H a déjà sorti deux summer tapes )

Là, j’ai fait une winter tape très deep au niveau des sonorités parce que je voulais vraiment que ça contraste avec la tape que je prépare en ce moment. Pour celle-ci, je vais aller dans le Sud. Je fais de meilleurs sons quand je suis dans l’ambiance de ce que je raconte.

 

Écouter ou reprendre la lecture 

 

T'as twitté récemment "la salle du temps le mois prochain"...

Ouais, je vais rentrer dans la salle du temps. Un peu comme Sangoku quand il ressort en super guerrier. Je veux peaufiner mon chant, mon jeu à la guitare, au clavier pour arriver ensuite avec un album. En ce moment je suis sur les mixtapes, c’est assez détente mais j’ai envie de faire un gros album. Un truc hyper produit à la Bruno Mars, The Weeknd. Pour ça, il faut être lucide, il faut être au niveau. Tu ne peux pas arriver et faire un album à la Bruno Mars si tu es Francky Vincent.

Il y a aurait plein de producteurs ?

Peu de producteurs mais beaucoup de musiciens. 1, 2…3 grand max.

Qui ?

Un pote qui s’appelle Job. Il n’est pas très connu mais c’est lui qui est par exemple caché derrière le premier album de Nov. C’est l’un des meilleurs musiciens que j’ai rencontré dans ma carrière. À l’époque quand on était jeune, on avait un groupe ensemble qui s’appelait Coconut Sunshine. Dtweezer, s’il a le temps parce qu’il est sur plein de trucs aussi.

Dtweezer, il m’expliquait quand je l’ai rencontré que vous formiez un binôme parfait

C’est mon frangin Axel. Il doit faire des projets pour lui parce qu’il est talentueux. Il mérite d’avoir des projets inscrits sous son nom. Après bon...s’il a un peu de temps, avec plaisir !  Sinon comme troisième gars, je prendrai un mec de mon équipe. Un Kobé Beats, très bon en programmation un peu trap. Ouais, franchement si je mettais Job, Dtweezer, Kobé dans une pièce et qu’on se mettait à faire du son, on ferait un truc chanmé.




Crédit Photo : A2H

+ de Rapporteuses sur Mouv'
+ de A2H sur Mouv' 

 

Commentaires