Victoire confirmée ! "Excision : brisons le tabou, parlons-en à l'école ! "

Les engagés (2015-2016) Vendredi 24 juin 2016

Réécoute
 brisons le tabou, parlons-en à l'école ! "
Excision : brisons le tabou, parlons-en à l'école ! la Victoire est confirmée. Cette pétition a abouti avec 106 573 signatures ! Anita Traoré est au micro pour nous raconter "l'aprés " victoire !

 

Voici le Top des pétitions en ligne

On en a parlé dans Les Engagés:

Ces pétitions ont récolté beaucoup de signatures, l’objectif est rempli, elles sont devenues des victoires !

 

N°5 :  Que les impôts (revenu, foncier, habitation) des victimes des attentats (tués ou blessés) soient annulés par M. Le President de la République

Victoire !

Avec 9 156 Signatures

Grâce à votre mobilisation et à vos milliers de signatures, c'est une belle victoire pour les familles des victimes de attentats.

En effet le gouvernement a annoncé ce mercredi 11 mai que les "Les ayants droit des victimes d'attentats n'auront pas à remplir les déclarations de succession et d'impôt sur le revenu des personnes décédées".

Bravo à toutes et à tous pour votre mobilisation et votre soutien !

"Les ayant droits des victimes seront dispensés du dépôt des déclarations de succession et d’impôt sur le revenu concernant les personnes décédées lors des attentats", indiquent le ministère des Finances et le secrétariat d'Etat chargé de l'aide aux victimes dans un communiqué."

Selon le Huffington Post.


 

 

N°4: "Écoles primaires, gestion secondaire" : répondez à ma lettre ouverte

Victoire confirmée

Cette pétition a abouti avec 20 688 signatures !

Pour écouter l'Itw de Charlotte magri

Le 30 novembre dernier, j'ai envoyé une lettre ouverte à la Ministre de l'Éducation Nationale, Mme Najat Vallaud-Belkacem, par le biais de son site internet. Cette lettre ouverte relatait mon quotidien dans l'école où je travaillais alors, une réalité qui n'est qu'un exemple révélateur d'une situation d'ensemble alarmante. Je lui demandais d'en prendre la mesure pour l'assumer publiquement. Le jour même, un courrier-type m'est parvenu me confirmant que mon message avait bien été transmis. La lettre ouverte a été relayée par plusieurs médias, et par les internautes sur les réseaux sociaux. Le 4 décembre, j'apprends par un article sur le site d'Europe 1 que la ministre a déclaré avoir lu mon courrier "avec un grand intérêt".

Le mardi 7 mars j'ai finalement reçu un courrier de la Ministre m'assurant qu'elle restait mobilisée sur le problème des écoles marseillaises.

Sur ce problème du bâti dans les écoles marseillaises, il y a peut-être eu quelques avancées, mais qui peuvent encore n'être que de la poudre aux yeux si les paroles ne sont pas suivies d'actions.

En effet, grâce à la mobilisation citoyenne et médiatique, le problème a donc été porté sur le devant de la scène au niveau national. Face au déni municipal, le 4 février, la Ministre de l'Éducation Nationale et le Ministre de la Ville ont ainsi envoyé une circulaire demandant au Préfet de Région et au Recteur d'Académie de dresser un état des lieux des écoles Marseillaises.  Le délai était d'un mois. Entre-temps, quelquestravaux d'urgence ont été réalisés dans les écoles qui avaient été le plus médiatisées.

À l'heure actuelle rien ne permet d'affirmer que les réactions des pouvoirs publics vont déboucher sur une action cohérente et décisive. La menace existe toujours que la communication politicienne ait réussi à étouffer l'affaire sans régler les problèmes de fond.

Les parents, les enseignants et les syndicats sont toujours mobilisés sur la question: mpe13Manifeste des écoles marseillaises, collectif la Castellane, snuipp, parents d'élèves de l'école Consolat, Saint-Mitre, et bien d'autres encore...

Par ailleurs, concernant l'ensemble des autres problèmes dont je fais état dans ma Lettre ouverte, qui eux sont directement du ressort de notre Ministre, il n'y a eu absolument aucun retour.

Je maintiens donc cette pétition en ligne.

Si vous vous sentez concernés, en tant que parent ou citoyen, merci de lire la lettre et de signer cette pétition pour que nous défendions ensemble la mise en œuvre des valeurs de la République dans les écoles.

Madame la ministre, par votre non-réponse vous reconnaissez que malgré vos discours, notre Éducation n'est plus Nationale et que vous n'y pouvez plus rien.


Nous vous demandons d'avoir le courage politique d'assumer la réalité du terrain pour pouvoir agir et offrir à notre société de demain des citoyens égaux et responsables.
 

Charlotte Magri

 


 

N°3: Not afraid not at war

17 773 signatures

Pour Ecouter l'Itw de Baki Youssoufou

Nous ne sommes pas en guerre contre les centaines de milliers de refugié-es que vos polices et vos armées européennes humilient.

Nous ne sommes pas en guerre contre les six millions de chômeurs-euses et les millions de travailleurs-euses précaires, contre la jeunesse, contre les artistes, contre les retraité-es, que vous condamnez à l'angoisse.

Nous sommes en paix avec notre conscience, nous qui construisons demain, nous qui  sommes solidaires, fraternel-le-s, et qui refusons l'engrenage mortifère que vous et la grande finance soutenez et avez enclenché. 

Aujourd'hui plus qu'hier, il est temps que les peuples se lèvent et construisent l'espoir. 

Ensemble signons cet appel pour crier que nous n'avons pas peur, que nous refusons le monde que vous nous construisez.

Le 31 mars nous serons debout, 
debout contre votre état d'urgence, 
debout contre vos lois liberticides, 
debout contre votre loi travail et l'avenir qu'elle nous dessine. 
Ensemble rendons réel ce qui est possible !

31 mars... #NuitDebout


 

 

N°2 : Excision : brisons le tabou, parlons-en à l'école !

Victoire confirmée

Cette pétition a abouti avec 106 573 signatures !

Anita Traoré est au micro pour nous raconter "l'aprés " victoire !

Depuis toute petite, je savais que l'excision se pratiquait et que ce n'était pas normal. Mais ce qui a déclenché mon envie de me battre contre l'excision c'est un voyage en 2009 à Conakry dans ma famille. Là, l'une de mes cousine pleurait. Je lui ai demandé pourquoi. Elle m'a dit que ses amies ne voulaient pas jouer avec elle parce qu’elle n'avait pas été excisée. J'ai pensé qu'il fallait réellement stopper cette pratique, et pour cela, changer les mentalités. 

Je suis issue d'une culture où on excise les petites filles donc très vite j'ai posé des questions, beaucoup de questions. On ne me répondait pas vraiment, on me disait juste que c'était comme ça ! J'ai parlé avec des membres de ma famille, de ma communauté, d'autres communautés qui pratiquaient aussi l'excision et l'une des raisons les plus évoquée est qu'on excise les petites filles pour qu'elles soient sages et qu'elles ne s'approchent pas des garçons. En faisant mes recherches, j'ai trouvé des centaines de raisons « justifiant » l'excision. Mais je ne les approuve pas et j'ai toujours su qu'un jour je lutterai contre cette pratique.  

Les conséquences de l'excision sont nombreuses et peuvent être très graves pour les victimes. Dans les pires des cas, la victime meurt ! Et c'est souvent arrivé. Les femmes excisées peuvent avoir des accouchements très compliqués, certaines sont en proie à des infections tout au long de leur vie. 

Aujourd'hui, que ce soit à l'école, dans les familles ou dans les médias, personne ne parle de l'excision. Et pourtant en France plus de 50 000 femmes sont excisées. Combien seront-elles demain ?  
Pour éviter que ce chiffre n'augmente, il est temps d'en parler et briser ce tabou. Il est temps de sensibiliser toutes les jeunes filles aux mutilations génitales féminines.

C'est pourquoi je lance cette pétition pour ouvrir le débat sur le sujet : je demande à la ministre de l'Education d'inclure le sujet de l'excision dans le plan national de sensibilisation aux violences faites aux femmes qui est dispensé dans les établissements scolaires.  

Il est vrai que dans certaines écoles, de certaines villes de France (principalement dans les banlieues d'Ile-de-France), les élèves sont sensibilisés à la pratique des mutilations génitales féminines. Cependant, pour briser le tabou, il est nécessaire de sensibiliser les centaines, les milliers de jeunes filles partout en France pour que les victimes ne se sentent plus seules et que celles qui sont à risque comprennent que ce n'est pas normal.Personne ne doit être oublié. 

J'appelle l'ensemble des signataires à partager le plus largement possible ma pétition, et à se mobiliser pour que cette violence faites aux femmes cesse définitivement en France.


 

 

N°1: Loi travail : non, merci !

1 353 136  signatures

Pour écouter l'Itw de Caroline de Haas

 

La ministre du travail propose une réforme qui transforme en profondeur le code du travail.

- Retrouvez tous les RDV #CasserolesDebout, partout en France

- Retrouvez l'événement Facebook dédié

Salarié-e-s ou non : cette réforme nous concerne toutes et tous !

Interpellez la ministre du travail et demandez lui de renoncer à ce projet.

1. Signez la pétition
2. Interpellez la ministre sur http://loitravail.lol
3. Suivez la page Facebook de la mobilisation

 

 

 

La ministre du travail propose une réforme qui transforme en profondeur le code du travail.

Parmi les éléments proposés dans le projet actuel 

☞  En cas de licenciement illégal, un barême indicatif est mis en place pour limité l’indemnité prud’homale/

☞  Une concertation avec les partenaires sociaux devra décider si les 11 heures de repos obligatoire par tranche de 24 heures pourront être fractionnées.

☞  Une entreprise peut, par accord, baisser les salaires et changer le temps de travail

☞  Les temps d’astreinte peuvent être décomptés des temps de repos

☞  Le dispositif « forfaits-jours », qui permet de ne pas décompter les heures de travail, est étendu

☞  Il suffit d’un accord d’entreprise pour que les heures supplémentaires soient 5 fois moins majorées.

☞  Une mesure peut-être imposée par référendum contre l’avis de 70% des syndicats.

☞  Une entreprise peut faire un plan social sans avoir de difficultés économiques.

☞  Après un accord d'entreprise, un-e salarié-e qui refuse un changement dans son contrat de travail peut être licencié.

☞  Par simple accord on peut passer de 10h à 12h de travail maximum par jour.

Signez la pétition et RDV sur http://loitravail.lol


 

 


 

 Crédit Photo: Pixabay // Change.org

 

Commentaires