See Now ! Buy Now !

la leçon de S(tyle) (2015-2016) Jeudi 07 avril 2016

Réécoute
See Now ! Buy Now !
Azzedine Alaïa pourrait bien obliger le monde de la mode à changer ces habitudes. Le créateur de 70 ans a présenté sa collection, hors des défilés de la Fashion Week. Il défile quand il veut et quand il a vraiment quelque chose à vendre. Ça n’a l’air de rien mais il s'agit d'une petite révolution en cours dans la sphère Fashion.

Quelques semaines après la Fashion Week,  Azzedine Alaïa a profité de la sortie de son premier parfum, pour présenter son défilé prêt à vendre. Le styliste est partisan du calendrier  " See Now - Buy Now " qu'on pourrait traduire par " Voyez, achetez ". En gros, tu vois la collection, tu l’as commandes et tu l’achètes. Azzedine Alaïa a profité de son défilé pour relancer le débat sur le calendrier de Fashion Week imposé par la Fédération Française de la Couture du Prêt-à-Porter des Couturiers et des Créateurs de Mode.

Le calendrier convient peu aux Maisons de luxe indépendantes

Vous ne le savez peut-être pas mais la Fashion Week a lieu deux fois par an (pour les hommes et pour les femmes) : les collections de l'hiver suivant sont présentées en février-mars (par exemple, encore en hiver, la dernière fashion week concernait l'automne et l'hiver 2016-2017) alors que celles de l'été suivant sont présentées en septembre-octobre. Cela signifie qu’il existe un temps plutôt long entre le moment du défilé et le moment où vous retrouverez vos vêtements en boutiques. Et encore parfois ces vêtements sont modifiés. Ces remarques concernent évidemment les défilés prêt-à-porter.

Ce débat n'est toujours pas tranché dans le monde de la mode. En fonction de la taille de la Maison, les problématiques sont différentes. En effet, la majorité des Maisons de luxe appartiennent à des grands groupes : le groupe français LVMH par exemple détient Givenchy, Dior, Marc Jacobs entre autres. Les 15 maisons que le groupe détient ont rapporté près de 12 369 millions d'euros en 2015. Le groupe français Kering détient Balanciaga, Saint Laurent. Pour vous donner un ordre d'idée la marque Saint Laurent a un chiffre d'affaire de 974 millions d'Euros, en 2015 (ça vous laisse imaginer la force de frappe du groupe).  Forcément, lorsqu'une Maison appartient à l'un de ces groupes, elle a le temps de voir venir avant que ce soit la banqueroute pour son entreprise.

En revanche, lorsque que la Maison est indépendante, comme Alaïa, cela peut poser problème si elle ne parvient pas à vendre suffisamment de pièces de sa collection et donc à augmenter son chiffre d'affaire. Même si le chiffre d'affaire de la Maison Alaïa culmine à un peu plus de 59 millions d'euros en 2015, la progression pourrait être moindre avec un calendrier figé (temps de production raccourci et mis en vente des produits étalé. Montrez tout de suite, achetez tout de suite crée une marge de manoeuvre supplémentaire et impose donc à l'industrie de la mode de revoir son mode de production. 

La multiplication des défilés mixtes

Ce problème de calendrier a une autre incidence sur la présentation des collections. Avec sa Maison de luxe, Azzedine Alaïa crée des vêtements pour femmes uniquement. Cela signifie " qu'en principe ", le styliste devrait présenter deux fashions week (une de prêt-à-porter et une de Haute Couture). Mais la plupart des marques ont une collection hommes et femmes. Ainsi elles doivent produire près de quatre shows différents (comptez une vingtaine de pièces par collection) pour quatre fashion week ( deux pour les hommes et deux pour les femmes). Cela pourrait être, aussi, la fin de ce système.

Cette semaine, Marco Bizzarri, le Président de la marque de Gucci a annoncé que la griffe italienne (filiale du groupe Kering) présentera des défilés mixtes avec les collections hommes et femmes, dès 2017 :

Maintenir deux calendriers séparés et déconnectés s'explique par la tradition plutôt que par des raisons pratiques.


 

En attendant, plusieurs marques ont décidé de créer des défilés mixtes. C'est le cas de la marque anglaise  Burberry ou encore de Balmain.


Crédits photos : Alaïa

Commentaires