Retour de Mode vers le futur : le bleu de travail

la leçon de S(tyle) (2015-2016) Jeudi 28 avril 2016

Réécoute
Retour de Mode vers le futur : le bleu de travail
A l'approche du 1er mai, jour de la fête du travail, petit retour sur le vêtement qui a marqué l'histoire et les mouvements sociaux : le bleu de travail.

Dans la mode rien ne se crée mais tout se transforme. Au début du 19ème siècle lors de la Seconde révolution industrielle, les patrons ont  besoin d'une dégaine pratique qui protège leurs ouvriers, peu salissante et pas chère. Normal, c’est eux qui vont casquer pour la payer aux ouvriers. Deux versions pour la combinaison avec des poches à outils : une avec des manches longues et l’autre sans manches comme vous connaissez sous le nom de salopette.

Côté couleur, les chefs se tournent vers le bleu de prusse. Rien à voir avec le swagg : c'est qu'un teinturier a eu la bonne idée de découvrir cette couleur et qu’elle n’est pas chère à produire en série. Pratique et bon marché : c’est largement suffisant pour que le bleu de travail devienne la tenue standard des ouvriers à l'usine et même la marque de la fierté ouvrière.

En mai 1968, une vague bleue de travail déferle dans la rue. Les étudiants l'adoptent pour manifester aux côtés des ouvriers, et les créateurs comme Marithé et François Girbaud vont jouer avec sa matière (le jean), sa forme et sa couleur pour rhabiller les plus aisés.

RETOUR DE MODE VERS LE FUTUR

Aujourd'hui, les marques dégainent à nouveau du bleu de travail pour nous saper. Chez la créatrice Carolina Ritzler, on peut choper la combinaison avec la taille marquée.

Depuis 2014, la combinaison est la marque de fabrique de Carolina Ritzler, la voici sur les épaules d'Olivia Merialthi, chanteuse du groupe The Do par Arthur Le Fol

Plus moderne dans la coupe, c’est la version de l’uniforme par la marque Bleu de Paname avec une veste et un pantalon cintrés. On retrouve que la couleur bleue symbolique dans les pièces.

Mieux encore il y a moins d'un mois, le distributeur de tissus Rue Herold et le cabinet de création Normal Studio ont conçu une collection de pochettes fabriquée avec le même coton que celui des vêtements de travail utilisés sur les chantiers.

Un vêtement presque parfait

Que vous soyez fine, ronde, petite ou grande, la combinaison et la salopette s'adaptent à tous les styles et à tous types de morphologie ! Attention tout de même, la combinaison se porte ample et un tout petit peu bouffante.

Gardez en tête deux choses :

-  la combinaison longue est un vêtement de mi-saison pour éviter la sortie de route fashion : toi, femme, conductrice chevronnée du style, tu la porteras sobre avec des accessoires et surtout avec des talons,  pas des ballerines ni des bottes.

- la salopette fait un petit retour en force ce printemps. Qu'on soit un homme ou une femme, ce que je conseille, c'est de porter la salopette en mode streetwear : sans les bretelles donc avec un t-shirt imprimé sympa et la bonne paire de sneakers. Vous pouvez aussi la twister avec un perfecto par exemple.

J'oubliais... lors des précédentes Fashion Week on a aperçu des combinaisons portées par des hommes : qu’on se le dise, ça fait ouvrier, mécanicien voir agriculteur. Méfiez-vous : les podiums n’ont pas tout le temps raison. Si un homme porte une combinaison dans la rue, c'est le crash assuré.

 



 

Crédit photo : Laboratoirejavanais.fr

 

 

Commentaires