Polémique Beyoncé : des ouvrières exploitées pour fabriquer la collection Ivy Park ?

la leçon de S(tyle) (2015-2016) Jeudi 19 mai 2016

Réécoute
Dans les sapes tout se paye !
La presse a relevé que la dernière collection de Beyoncé (fabriquée en collaboration avec Topshop) a été produite par des ouvrières au Sri Lanka payées 55 centimes de l'heure. Une fabrication à bas coûts qui n'empêche pas Topshop de vous facturer le legging à 140 euros ! Pourquoi la collection coûte aussi chère ?

Depuis la sortie de sa collection Ivy Park, Beyoncé est sous le feu des critiques. Pour cause, la collection Ivy Park serait fabriquée par des ouvrières srilankaises payées une misère, la journaliste Lydia Morrish rappelle :

Même si la chanteuse assure que la collection a pour but de “soutenir et d’inspirer” les femmes et de les aider à “s’affirmer par la pratique du sport”, les habits ont été fabriqués dans des usines sri-lankaises où les ouvrières sont payées environ 5,5 euros par journée de travail. Soit environ 55 centimes de l’heure pour créer une collection de 228 pièces, alors qu’un legging peut vous coûter 140 euros


 

Peut-être que Beyoncé ne savait pas que ces vêtements étaient fabriqués par des esclaves modernes. Comme le relève Le Sun, les conditions de travail dans les usines de fabrication de la collection Ivy Park, au Sri Lanka, sont déplorables. Néanmoins, cette polémique invite à se renseigner sur ce que vous payez vraiment quand vous achetez vos sapes.

Le circuit du legging à 140 dollars 

Pour le savoir, il vous faudra évaluer raisonnablement toutes le circuit de fabrication de vos vêtements. Tout d'abord, avant le vêtement, la matière. La matière première compose les vêtements que nous portons (c'est la laine, le coton, le cuir etc...). Pour chaque vêtement, les matières sont de qualités différentes Ce qui explique qu'à l’achat, un vêtement est plus ou moins cher. Par exemple, une fleur plus précieuse qu’une autre comme le coton égyptien coûte plus cher par rapport au conton recyclé. Aussi, un animal à la peau rare ou spécialement belle comme le daim est plus cher qu'un cuir d'agneau. C'est le même principe pour les matières synthétiques mais d'un point de vue développement : plus c'est compliqué à produire, plus c'est cher.

Ensuite, produire dans une usine en Asie coûte moins cher que dans une usine en Europe. Il existe des bonnes et des mauvaises usines partout. Ce n’est pas parce qu’on produit à bas coût que l’on ne peut pas vendre ses produits à un tarif élevé. En revanche, l’inverse est impossible sinon on vend à perte. L’artisanat se paie forcément plus cher que l’automatique.

Par exemple, la collection Ivy Park est en partie produite au Sri Lanka par Topshop afin de réaliser des économies d’échelle. Les marques y compris de luxe ont un lieu de production à bas coût à l'étranger pour la même raison. Clairement, elles le font pour leur marge, pour gagner plus d’argent. En comparaison, un t-shirt en 100% coton bio sort d’une usine à 2€ l’unité les 100 pièces au Bangladesh, à 5€ en Europe de l’Est et jusqu’à plus de 10€ en France pour au final tous être vendus à un prix final de 40€, voire d’avantage.

Et ce n'est pas fini, une fois sorti de l'usine, il y a des intermédiaires à rémunérer : le fournisseur de matière première, le fabricant, la marque, un agent commercial, la boutique physique quand il y a pas de la pub... tout cela contribue à augmenter le prix du vêtement.


Le VRAI prix d'un vêtement

Par exemple, vous souhaitez un pull en laine tout ce qu’il y a de plus basique. De la pelote à la machine à carte, voici ce qu'il coûte réellement :

- La matière première, la laine coûte 8€

- Il faut compter 4 euros pour l'usine : 2€ pour la fabrication du pull et 2€ de marge pour le fabricant

- Le transport et taxes : 5€ et pour les frais de Recherche et Développement : 11€

- On oublie pas les marge. Pour la marque : 13€ et pour la boutique : 29€

- Sans oublier la TVA, ce petit impôt sur les biens de consommations : plus 20€

On se retrouve avec un prix final qui rôde autour de 70 euros et encore si la boutique ou la marque n'a pas une marge plus énorme. Ce prix n'inclue pas les dépenses liées à la communication (publicités ,site internet) 

Il est  donc important d'avoir tous ces éléments en tête avant de foncer acheter un vêtement mais généralement les blogs avec peu de sponsoring sont de très bons indicateurs sur le bon rapport / qualité, il faut les suivre. Un autre petit conseil, ne vous fiez pas à la marque ni à l'icône (la star, le mannequin ou la chanteuse etc.) qui vous vend une collection. Fiez-vous à la matière car dans les sapes tout se paye.

 


Sources : Article intégral disponible sur Comme un camion 

Crédits photo : Site Ivy Park

+ de Beyoncé sur Mouv'

Commentaires