Le crime paie pour... le "détenu canon" !

la leçon de S(tyle) (2015-2016) Jeudi 16 juin 2016

Réécoute
Le crime paie pour... le "détenu canon" !
L'ex-détenu Jeremy Meek surnommé le "détenu canon" par les médias américains se lance dans le mannequinat.

Il y a quelques jours Jeremy Meeks a posté un cliché sur son compte Instagram pour lancer ses débuts de mannequin. On le retrouve avec une casquette Golden State Warriors visée sur la crâne et un tatouage en forme de larme sous l’œil droit.

 

Plus tard dans la soirée, le métisse aux yeux bleus perçants a posté une autre photo de lui, torse nu, se lavant les mains avec écrit en légende : "assignation à résidence – compte à rebours".


De la prison au papier glacé

Jeremy Meek est un ex-taulard. La manière dont il a percé dans le mannequinat est assez insolite. D'habitude lorsqu'un mannequin veut percer dans le milieu, il fait un book, il démarche une agence de mannequin charger de le placer (après casting) dans des défilés, des shows, des magazines etc... Mais Jeremy Meeks s'y est pris un peu autrement et malgré lui.

Rappelez-vous, en 2014, Jeremy Meeks a remporté haut la main le titre du "  prisonnier le plus sexy du monde ". Aux États-Unis, les médias l’ont  surnommé " Hot Felon" (“détenu canon”). On a entendu parler de lui quand la photo prise lors de son arrestation a été diffusée par la police, une pratique courante aux Etats-Unis. Lors de la publication de son " mug shot " - la photo d'entrée officielle d'un individu en prison - Jeremy Meek a marqué les esprits (ou les yeux des internautes), le gars est tellement mignon que tout le monde a oublié qu'il a été condamné à vingt-sept mois de prison pour possession illégale d’arme.


Grâce à cette photo, il a pu bénéficier d'une libération anticipée et surtout grâce à Internet on peut dire, il a signé avec une agence de mannequin qui a passé un deal de 30 000 dollars (26 700 euros) avec lui en attendant qu'il soit définitivement libéré. En attendant de percer véritablement et d'honorer ses premiers contrats, Jeremy Meek est assigné à résidence, il reste donc limité dans ses déplacements.

 

Le "Mème"

Comme Internet aime les " Mèmes " et bien il a retrouvé la " prisonnière la plus mignonne ", avec la création du hashtag #PrisonerBae. La détenue, Sarah Seawright a été arrêtée le 28 avril dernier par les policiers du comté de Pulaski, dans l’Arkansas, aux États-Unis, pour conduite sans assurance. A 24 ans, " Prisoner Bae " est une habituée des commissariats. Elle aurait été accusée de vol aggravé et de kidnapping en 2012, selon une chaîne américaine.

Une histoire pas exceptionnelle, mais l'avenir de la jeune femme a pris une autre tournure quand la police a décidé de poster sur le web sa photo d’entrée en prison officielle et devinez quoi ? Elle a fait le buzz aussi. Naturellement, Prisoner Bae surfe sur la vague, elle a mis à dispostion sur son compte Instagram son adresse-mail afin d’être contactée plus facilement par les agences tout en postant des selfies. A croire, qu'il faille béton en prison pour percer. Comme quoi, le crime paie...

 


 

Crédits photo : Getty Images

Commentaires