Z-Machines, le groupe robot

La Pop au carré Mardi 15 avril 2014

Réécoute
Z-Machines, le groupe robot
Mach est guitariste, Ashura est batteur, Cosmo est aux claviers. Ensemble, ils forment les Z-Machines, un trio qui vient de sortir son 1er album. Particularité : ces trois-là sont des robots.

 

A défaut d'une critique pointue (nos connaissances en musique robot sont limitées), voici un petit portrait des Z-Machines par le cyborg de la rédaction du Mouv', Augustin Arrivé :

 

En quelques clics sur Internet, on peut créer une reprise de Stromae ou de Fauve avec une voix métallique. C'est rigolo mais ça ne va pas chercher loin. Les Z-Machines, c'est autre chose. Il ne s'agit pas d'un simple logiciel. Ce sont de vrais robots qui jouent vraiment, en live, sur scène. L'avantage d'une telle formation, c'est que vous ne risquez pas de retrouver la chambre d'hôtel dévastée. Pas de caprices de star et les robots sont d'accord pour jouer n'importe quoi, ce que vous voulez. Sans préférence pour un style ou un autre.

 

Magic, interprété par les Z-Machines, featuring Amoyamo © Zima Z-Machines, 2013

 

Cette J-pop insupportable par exemple, ils en sont responsables. Un featuring avec le duo de chanteuses adolescentes Amoyamo. Mais dans cette même soirée, ils ont commencé leur set dans un genre moins ordonné. Ils sont financés par une marque d'alcool japonaise. Et les robots répondaient aux mouvements du public : si par exemple les spectateurs levaient leurs bouteilles en l'air, ils jouaient plus fort.

 

Premier concert des Z-Machines, à Tokyo, pour la société japonaise Zima, en juin 2013 © Japan Times

 

Le résultat était inaudible, mais visuellement spectaculaire. Car Mach, le guitariste, a soixante-dix-huit doigts quand Ashura, le batteur, manie vingt-deux baguettes. Il y a aussi Cosmo au synthé. Guitare, claviers batterie et c'est tout. Un trio qui a donc sorti un premier album le 7 avril. Music For Robots est dispo sur iTunes, mais vous pouvez aussi vous commander un CD ou un vinyle via leur label, Warp.

 

Sad Robot Goes Funny, interprété par les Z-Machines © Warp/Zima, 2014

 

Evidemment, ils ne sont pas autonomes. C'est l'artiste électro Squarepusher qui a composé leurs morceaux, expliquant vouloir "vérifier si des robots peuvent réussir à émouvoir par la musique".

 

>> Réécoutez l'interview de Squarepusher sur ce projet dans Glitch

 

 

A l'écoute, il est évident que c'est bien mieux que le titre avec Amoyamo, mais de là à être ému, on n'est pas encore bien certain de pouvoir répondre.

 

Si vous aimez les robots, musiciens ou pas, une expo vous attend à la Cité des Sciences de la Villette, à Paris. 1.600m² consacrés à "l'art robotique" : une dizaine d'artistes invités, avec leurs oeuvres futuristes. Une bagnole qui se transforme en totem, des lits d'hôpital articulés par ordinateur, un robot-peintre ou un sculpteur d'eau... C'est la cour des miracles du troisième millénaire.

 

Vous avez le temps de planifier votre visite : l'expo reste en place jusqu'en janvier 2015. Cliquez ici.

 


Un robot à domicile, ça vous dit ? Ce sera possible d'ici quinze ans. Précisions ici.

Et en cliquant par là, on vous présente Kirobo, le robot de compagnie des spationautes.


Photo de couverture : Couverture de Music For Robots par Z-Machines et Squarepusher © Warp

 

Commentaires