YouTube va-t-il vraiment bâillonner Arctic Monkeys ?

le Reportage de la Rédaction Lundi 23 juin 2014

Réécoute
Dernières diffusions
YouTube va-t-il vraiment bayonner Arctic Monkeys ?
Le sujet fait polémique depuis quelques jours : YouTube menacerait de bloquer les clips des artistes dont les labels (indépendants) refusent les conditions commerciales proposées par la plateforme dans le cadre de sa future offre de streaming par abonnement.

Fin mai, nous évoquions l'affaire alors que la tension montait entre YouTube et les producteurs de musique indépendants. Pour la faire courte, les labels indépendants ne se satisfont pas des conditions de rémunération que leur propose YouTube, qui s’apprête à lancer un service de streaming musical comparable à Deezer ou spotify.


Depuis, chacun a mis ses menaces à exécution. Robert Kyncl, directeur commercial  de YouTube confirmait la semaine dernière que les clips des artistes gérés par des labels frondeurs seraient bloqués sur la plateforme gratuite. De leur côté, les labels, représentés le WIN (Worldwide Independant Network) ont saisi la commission européenne pour abus de position dominante.

Qu'est-ce qui coince ?

En France, les indépendants sont représentés par l'UPFI (Union des Producteurs Phonographiques Français Indépendants). Joint par le Mouv', son directeur Jérôme Roger dénonce ce qu'il considère comme un diktat :


S'il est impossible d'obtenir des chiffres, tous les labels réfractaires s'accordent à dire que les rémunérations proposées par YouTube sont bien inférieures à celles pratiquées par Deezer ou Spotify (déjà assez faibles, 10.000 stream d'un même titre rapportent 65 euros au label).

Youtube, mauvais payeur ? Une version contestée par Denis Ladegaillerie, le directeur de Believe Digital, distributeur, producteur et premier fournisseur de clips pour YouTube. Après 6 mois de négociations, il a signé un accord qu'il estime satisfaisant avec le site américain :

Denis Ladegaillerie, Believe Digital © Sébastien Sabiron


Les clips des artistes indés sont-ils exclus de YouTube ?

Pour l'instant non. Arctic Monkeys, Vampire Weekend et Adele faisaient partie des artistes menacés, mais leurs clips sont toujours visibles sur la plateforme à l'heure où nous écrivons ces lignes.

Dans les faits, YouTube pourrait se contenter de retirer les pubs avant les vidéos (plutôt une bonne nouvelle pour les internautes), afin de démonétiser le visionnage : pas de pub, pas de recette pour les ayant droits. Début 2013, YouTube avait déjà appliqué cette procédure quelques jours avant de renouveler ses accords avec la Sacem.

"Do I wanna know ?" Toujours en ligne.

Pas sûr que le californien mette ses menaces a exécution. YouTube aurait tort de se passer d'Arctic Monkeys, de Justice ou d'Arcade Fire, indépendants mais très regardés. Pas de commentaire officiel du côté de Google, mais l'entreprise reconnaît qu'elle se serait bien passée de ce psychodrame, une mauvaise pub qui retarde le lancement du streaming payant made in YouTube.

Reportage de Sébastien Sabiron.



Les choix actu du Mouv', c'est tous les jours dans le Reportage de la Rédaction

Et abonnez-vous au podcast RSS et iTunes.

Commentaires