Xavier Mussat, à fleur de peau

Bande Dessinée Mardi 27 mai 2014

Réécoute
Dernières diffusions
Xavier Mussat, à fleur de peau
Une histoire d'amour toxique, disséquée dans ses moindres détails. Avec "Carnation", sa première bande dessinée depuis 12 ans, Xavier Mussat renouvelle avec talent l'exercice de l'autofiction en BD.

 

On n’a pas tous les jours l’impression de tenir entre ses mains un livre rare et important : "Carnation" de Xavier Mussat en fait partie, c'est une certitude dès la dernière page refermée. Ce récit noir et blanc au long cours (250 pages), d'une virtuosité graphique et narrative rare, semble déjà promis à tous les palmarès de fin d'année.

Rare c’est le mot qui convient le mieux dès lors qu’on parle de cet auteur. Xavier Mussat (par ailleurs co-fondateur des éditions Ego Comme X, pionnier de l'autofiction en BD), n'a sorti qu'un seul livre depuis plus de dix ans : Sainte Famille (2002), un album puissant, où il évoquait sans détour sa relation avec son père. Un livre-choc qui a suffi à faire de lui l’un des dessinateurs les plus salués de sa génération.

Avec Carnation, publié chez Casterman, il va plus loin encore. Multipliant les références graphiques les plus inattendues (gravure, tampographie, iconographie scientifique), Xavier Mussat explore et dissèque dans ses moindres détails, des prémices à l'issue fatale, une histoire d'amour chaotique et douloureuse vécue à Angoulême au tournant de l'an 2000.

Un futur classique du genre, à ranger entre Blankets de l'américain Craig Thompson et L'Ascension du Haut-Mal de David B.

 


 


 

> Abonnez vous aux podcasts, RSS et iTunes

> Toutes les chroniques BD

Commentaires