WeLoveWords

Les lectures Jeudi 21 août 2014

Réécoute
Dernières diffusions
21/08/14 WeLoveWords
19/08/14 Twittérature
WeLoveWords
Vous aimez écrire ? Vous aimez lire et être lu ? We Love Words est le réseau social qu’il vous faut.

Twitter n’est pas le royaume des poètes. Les amoureux des mots ont un autre QG : WeLoveWords, la première plateforme communautaire exclusivement dédiée au texte.

C’est en organisant un concours en ligne pour le compte d’Universal Music que Grégory Nicolaïdis a eu l’idée d’offrir aux auteurs leur propre réseau social.

 

A l’époque, l’idée était de proposer un espace où les auteurs puissent mettre leurs textes en ligne et interagir avec les autres utilisateurs.

Comme pour n’importe quel réseau social, les contributions sont ouvertes aux commentaires, aux critiques, aux compliments et aux notes (mais sans le système castrateur des chiffres – ici, on évalue avec des cœurs, yey).

Quatre ans plus tard, la plateforme compte 18 445 utilisateurs, 65 000 textes publiés. Les œuvres vont du scénario aux articles de blog, de la chronique à la poésie, du récit de concert au carnet de voyage - qu’importe la forme, pourvu qu’il y ait des mots.

En 2014, la start-up recevait le prix SFR Jeunes Talents. On peut donc dire que ça marche bien.

 

Vers un business model

Après, comme pour MySpace et la musique, le but de WeLoveWords était aussi d’offrir une vitrine à ses utilisateurs, de révéler des jeunes talents, et dans un monde parfait, d’attirer l’attention des éditeurs.

Mais c’était sans compter sur un marché saturé. Pour ne rien arranger, on ne peut pas dire que ce marché soit très gourmand de l’auto publication. Il a même plutôt tendance à s’en méfier.

WeLoveWords n’avait pas dit son dernier mot. En 2013, la plateforme fait un gros virage marketing en créant YouLoveWords.


Cette société de production de contenus écrit fournit des textes de qualités et autres prestations rédactionnelles aux entreprises, de la RMN à Danone. Et quand on a 18 000 auteurs potentiels sous le coude, ça fait quand même une bonne base de contributeurs : on appelle ça le crowdsourcing.

Alors ça fait un peu bizarre, au début, de débarquer dans une communauté dédiée aux amoureux des mots et de tomber sur des logos de constructeurs automobiles.

Mais WeLoveWords maintient le cap ludique en proposant régulièrement des concours, juste pour le plaisir, pas forcément pour les clients.

En juin dernier, Airbnb offrait 500 euros de crédit à celui qui écrivait le meilleur récit de séjour inspiré d'un de ses logements.

Selon les partenariats, on peut aussi gagner des abonnements à Spotify, des places de concert ou des publications … Donc si vous aimez écrire, ça vaut le coup de jeter un œil… Et c’est toujours plus convivial que de gribouiller dans son journal intime.

Mais surtout, le meilleur de WeLoveWords, c’est quand même sa punchline : 

I want to have text with you


 

 




 

Retrouvez toutes les chroniques de Salomé Kiner

Suivre Salomé Kiner sur Twitter

Abonnez-vous au podcast : RSS et iTunes

Commentaires