Vybz Kartel, le dancehall en tôle

Les trouvailles de Pascal Bertin Mercredi 09 avril 2014

Réécoute
Vybz Kartel, le dancehall en tôle
Cette star du reggae dancehall a fait parler la poudre au propre comme au figuré, à tel point qu'il vient d'être condamné à la prison à perpétuité à l'issue de 65 jours d'audience et du procès le plus long qu'ait connu la Jamaïque.

 

Il s'appelle Adidja Azim Palmer mais le monde le connait sous son nom de scène : Vybz Kartel. On le savait habitué des clashs avec des chanteurs rivaux comme Beenie Man. Ou encore avec un ancien collaborateur, au point que le premier ministre de la Jamaïque les avait réuni pour les calmer et surtout, pour faire cesser les règlements de compte et la violence qui gagnaient des banlieues de Kingston à cause d'eux.

Incarcéré pour meurtre

Mais Vybz Kartel a fini par tomber encore plus profondément dans cette spirale infernale, qui rappelle celle de certaines figures du hip-hop. D'abord incarcéré pour le meurtre d'un homme d'affaires en 2011, il avait été acquitté faute de preuves. Dernièrement, il a été condamné pour le meurtre d'un proche qui aurait été battu à mort à son domicile mais dont on n'a jamais retrouvé le corps. Dans un texto, il aurait dit que son corps a été tranché tellement finement qu'on ne le retrouvera jamais…

Le procès s'est déroulé à Kingston dans un climat de tension et par mesure de sécurité, les rues entourant le tribunal ont été bloquées par la police qui craignait des manifestations de soutien. Plus de 200 personnes se sont néanmoins rassemblées derrière les barricades installées par la police au dernier jour du procès. Trois autres personnes ont par ailleurs aussi été condamnées à la prison à perpétuité…

Des collaborations prestigieuses

Il restera ça de lui une longue carrière parsemée d'albums, dont le triple Vybz Kartel Trilogy de 2013, de nombreuses collaborations : Rihanna, Pitbull, Busta Rhymes, Major Lazer, Pharrell Williams, Missy Elliott... et même notre Lord Kossity national.

 

On retiendra surtout le fait d'avoir aidé le dancehall à influencer de nouveaux courants et à se mélanger à d'autres genres comme le hip-hop, l'electro et le R'n'B. Ce gars malin aura aussi lancé sa marque de rhum, ses soirées, sa ligne de préservatifs, des chaussures, son émission de télé. Et les trois singles qu'il aura écrit sur les chaussures Clarks auront eu pour effet de booster les ventes mais aussi les prix de ces chaussures sur l'île. 

 


> Suivez Pascal Bertin sur Twitter

Toutes les chroniques Les Trouvailles de Pascal Bertin

Abonnez vous aux podcasts : RSS et iTunes

 

Commentaires