Voyage à Manc-hipster

Pendant ce temps, à Vera Cruz (old) Mardi 19 novembre 2013

Réécoute
Voyage à Manc-hipster
A l'image de l'est Londonien, les quartiers nord de Manchester se "hipsterisent" à grande vitesse. Les boutiques de fripes vintage et les "charity shops" attirent une clientèle branchée qui se crée un look rétro pour pas un rond.


Lunettes à bord épais, gilet à grosses mailles et pantalon coloré. Portrait robot du hipster de Manchester en cliquant ci-dessus.

Chez Emmaüs, on trouve des meubles pas chers, des fringues un peu passées de mode et tout un tas de babioles pas toujours très bien achalandées. Outre Manche, son équivalent Oxfam joue à fond la carte du vintage branché. Dans la boutique de d'Oldham Street à Manchester, les bénévoles et les vitrines font tout pour attirer le hipster.

Le staff d'Oxfam Manchester / DR
 
Les hipsters du coin trouvent dans les "charity shops" le moyen de se vêtir pour pas cher et de faire sa B.A au passage. Loren, 21 ans, préfère laisser son argent aux œuvres caritatives plutôt qu'à des multinationales. Sans rogner sur la qualité.
  
Ici, je trouve des choses plus jolies et de bonne qualité, même si ce sont des vêtements d'occasion très vieux. Ils sont de meilleure qualité et meilleur marché.

Tissés pour durer, Oxfam Manchester / DR
 
Surnommée "Coton police" pendant la révolution industrielle, Manchester a conservé ses anciens entrepôts textiles en brique rouge. Ils sont aujourd'hui investis par les bobos. Pour "pop", patronne d'une friperie à la mode, le retour du vintage en dit long sur l'évolution de la société britannique.
 
La mode vintage est un véritable phénomène en Angleterre. Au cause du retour de la récession, la plupart des gens font attention à leurs dépenses. Il y a cinq ans, la plupart des jeunes n'auraient pas adhéré à ce mouvement, ils n'auraient pas aimé le fait de porter des vêtements d'occasion. Le fait que de nombreuses célébrités s'habillent aussi dans les friperies sans en avoir honte a joué.

   
Chez les coiffeurs, les jeunes demandent des coupes à la James Dean ou des bananes gominées sans jamais avoir entendu parler d'Elvis Presley. Entre deux coups de tondeuse, ils se font tailler la moustache aux ciseaux. Parfum d'une autre époque qui comme toutes les modes, suit des cycles d'une trentaine d'années.

Reportage pour le Mouv' signé Rozenn Le Saint.

Parce qu'il y a toujours un Vera Cruz à l'autre bout du monde, retrouvez l'ensemble de nos reportages en cliquant par  !

Et abonnez vous au podcast, RRS et iTunes.

Commentaires