Votez pour vos députés dès 16 ans

Pendant ce temps, à Vera Cruz (old) Lundi 28 octobre 2013

Réécoute
Votez pour vos députés dès 16 ans
Plus d'un million d'adolescents mineurs ont pu voter ce week-end en Argentine pour élire leurs députés. Ces législatives étaient la première élection du pays à prendre en compte l'avis des jeunes de 16 à 18 ans.

 

Caroline Vicq vote pour que vous écoutiez son reportage en cliquant ci-dessus. Nous vous prions donc de vous plier au jeu démocratique.

 

En France, certains veulent abaisser la responsabilité pénale à douze ans. En Argentine, non. Diana Conti, député de la majorité. "Nous poursuivons un seul objectif : consolider la base de notre démocratie. C'est uniquement dans ce cadre que s'inscrit cette avancée des droits politiques." Par "avancée", comprenez : le droit de vote dès 16 ans, validé par le Congrès en novembre dernier, et devenu ce week-end une réalité lors des élections législatives.

 

Le droit de vote à 16 ans en Argentine, reportage d'Euronews © Euronews, 2013

 

Huée par l'opposition, la présidente Cristina Kirchner était accusée de vouloir assurer sa réélection (scrutin prévu l'an prochain) en mobilisant de nouveaux électeurs. Si c'est le cas, elle semble mal partie : même si elle reste majoritaire au Parlement, sa coalition a enregistré hier un recul très net dans les cinq principales régions du pays. Les jeunes ne sont pas des moutons.

 

L'autre enseignement à tirer de cette élection, c'est qu'ils sont politisés. Alors que les adultes sont obligés de se rendre aux urnes sous peine de sanction, le vote est encore facultatif pour les mineurs. Ils sont pourtant près de 50% (600.000 sur 1,3 millions) à s'être déplacés. Ainsi Ignacio, 16 ans, qui s'informe grâce au journal télévisé et aux réseaux sociaux. "On nous a expliqué au lycée comment ça se passait. On a simulé un vote avec de faux bulletins. Comme ça, je n'étais pas surpris, je suis venu tranquille."

 

Spot destiné à expliquer le déroulé du scrutin aux nouveaux votants © Gouvernement argentin, 2013

 

D'autres ont préféré s'abstenir. Victoria, 17 ans, a fait le chemin jusqu'au bureau de vote, mais seulement pour accompagner un proche. "Je ne me sens pas encore capable ni suffisamment informée pour voter. C'est une responsabilité énorme pour un citoyen. Je préfère attendre d'avoir davantage d'expérience."

 

Marcello Fuentes, président des affaires constitutionnelles du Sénat, est convaincu qu'à 16 ans, on n'est plus vraiment adolescent et que l'expérience de Victoria est déjà suffisante : "La jeunesse est le seul moment de la vie où l'on peut faire preuve d'honnêteté intellectuelle. Il faut que les jeunes prennent leur destin en main." Il ajoute que dans l'histoire du monde, les martyrs et les révolutionnaires sont tous jeunes. On souhaite un destin moins sanglant aux électeurs d'hier.

 

Et parce qu'il y a toujours un Vera Cruz à l'autre bout du monde, retrouvez l'ensemble de nos reportages en cliquant par ici.

 

Commentaires