Viens tâter ma Mustang à Stockholm

Pendant ce temps, à Vera Cruz (old) Vendredi 06 septembre 2013

Réécoute
Viens tâter ma Mustang à Stockholm
Ils s'appellent entre eux les "raggare", des Scandinaves nostalgiques des fifties d'Elvis et James Dean. Cette semaine, ils s'étaient donnés rendez-vous à Stockholm pour une orgie de vieilles bagnoles chromées.

 

Benoît Derrier a un micro tunné avec des jantes en alliage. Il en a fait bon usage au milieu des raggare. Son reportage est à réécouter en cliquant ci-dessus.

 

On a tous sa tribu. Les gothiques ou les bobos, les geeks ou les hipsters, des groupes régis par des passions, des codes, des attitudes. Et pourquoi ne pas décider de se gominer les cheveux façon Fonzie dans Happy Days, sortir sa Pontiac et remuer du bas-ventre comme le King en veste à franges ? Ces gens-là s'appellent les raggare, et d'après les punks de Rude Kids, ils forment une belle bande de bisouteurs de mamans :

 

Raggare is a bunch of motherfuckers, des Rude Kids, repris par Turbonegro © Virgin Records

 

Le mouvement raggare est surtout présent en Scandinavie, particulièrement en Suède. Le pays est l'un des rares à ne pas avoir été ruiné par la seconde Guerre mondiale. Au sortir des combats, la population a voulu copier l'autre grand pays riche de l'époque : les Etats-Unis.

 

Leur mode perdure aujourd'hui, mais la pendule est restée bloquée dans cette Amérique des fifties qu'ils n'ont souvent jamais connue (certains raggare millésime 2013 n'étaient même pas nés sous Reagan). Des filles et des gars qui se sont rassemblés cette semaine à Stockholm.

 

Les punks ont leurs épingles à nourrice, les raggare ont leurs voitures américaines. Ils les admirent presque autant que les filles. Et ces meetings se terminent souvent par des concours de miss. Le tout en mangeant des gros burgers. Avec du bacon et un peu de ketchup sur les frites.

 

Commentaires