Video City: un premier festival de Youtubeurs sous le signe des larmes

Les rapporteuses (2015-2017) Lundi 09 novembre 2015

Réécoute
Videocity: un premier festival de Youtubeurs sous le signe des larmes
Des larmes de joie on vous rassure. On avait pas vu autant de pleurs hystériques depuis les dernières venues de Timberlake ou Pharell à Paris. Mais pourquoi les Youtubeurs suscitent-ils autant d'émotions ?

Au dire des concernés, le phénomène est aussi fou pour eux que pour les fans. Certains commencent à s'y habituer doucement puisqu'ils organisent déjà des meet up avec leurs abonnés. Mais pour d'autres comme Jhon Rachid pas hyper fan de la starification des youtubeurs, l'évènement est plus compliqué à gérer. D'ailleurs il ne le gère pas, il se "laisse driver comme un pantin de droite à gauche". Escortés par des gardes du corps molosses, lui et ses comparses bravent la foule, évitent les mains qui essaient de toucher, les cris qui essaient d'attirer l'attention, les pleurs nerveux voire desespérés. 

Jhon Rachid en est sûr il y a clairement une balance qui est en train de se faire. Une bascule entre les vedettes de la télé et les néo-stars d'Internet. Pourquoi ? Parce que les youtubeurs sont des personnes comme les autres. Enfin c'est ce qu'elles disent. 

Être médiatisé, que ce soit sur Internet à la télé ou à la radio ce n'est jamais anodin; la vie change. Les objectifs aussi. Et pourtant les organisateurs Antoine de Tavernost et Thierry Boyer n'en démordent pas. Tous les youtubeurs sont ici par passion. Et ils ont réussi parce qu'ils n'espéraient pas être célèbres, mais juste reconnus pour leurs talents. Une nuance peut être un peu fine. En tout cas c'est certain que seules des motivations financières ne garantissent pas le succès. 

La question "morale" qu'on peut se poser au vu de cet engouement est : devant un tel succès n'y a t'il pas matière à monétiser ? Et qui paye pour cela ? Qui paye les youtubeurs, est-ce que cela influence leurs propos, ou gardent-ils la flamme de la passion et de la neutralité ? 

Comme dirait Secret Story... méfiez vous des apparences :-)

 


Crédit photo : affiche Video City Paris

Commentaires