Vers un mouvement politique des quartiers ?

le Reportage de la Rédaction Jeudi 06 novembre 2014

Réécoute
Dernières diffusions
Vers un mouvement politique des quartiers ?
Les associations citoyennes se lancent dans le grand bain politique. A mi-mandat de François Hollande, la déception des militants associatifs de banlieues est parfois si grande qu'elle donne lieu à une dynamique politique, pour mieux peser dans les débats et faire bouger les choses.

 

C'était il y a deux ans et demi: l'élection de François Hollande à la présidence de la République. Un quinquennat placé sous la signe de la jeunesse. Impuissance face à la crise ou manque de volonté ? Dans de nombreux quartiers la situation ne s'est pas améliorée pour les moins de 25 ans. Mais un mouvement politique tente de se construire. 

Le problème de tension entre jeunes et forces de l'ordre reste entier. La mise en place du matricule n'a rien changé. En se structurant en association nationale des voix des quartiers, on peut faire bouger les lignes.


 

 

A Villepinte, Leatitia Nonone de l'association Zonzon 93 (ici avec Aboubakar Sakanoko président de Zonzon 91) figure de la lutte contre la délinquance, a lancé il y a une dizaine de jours son  observatoire des politiques jeunesses. Leatitia Nonone est aussi déléguée régionale pour l'Ile-de-France de la coordination nationale Pas sans Nous.

Syndicat des quartiers

Aziz Lasri (ci-dessous) en est membre également. Ce militant associatif tente de connecter jeunes et employeurs en utilisant ses propres réseaux, convaincu de l'impuissance de nombreuses missions locales. 

Il y a énormément de déception. Les gens ne croient pas dans le projet socialiste. La coordination Pas sans nous est un syndicat des quartiers. On ne veut plus que les choses se fassent sans nous.


 


 

En route vers 2017 ?

Si la coordination Pas sans nous n'a pas vocation a se présenter aux élections, certains de ses membres ont rejoint des forces politiques à proprement parler issues des quartiers, comme Collectif Citoyens ou Force Citoyenne Populaire,  anciennement Forum Social des Quartiers Populaires. Pour Ahcen Meharga, porte-parole de l'association Banlieue plus et élu à la mairie de Gennevilliers sur une liste indépendante, c'est toute une mouvance qui est en train de se structurer, mais une mouvance encore très divisée.

Les divisions sont fortes. Il y a d'un côté les dégoutés du PS et du Front de Gauche et et l'autre ceux qui ne veulent pas rejeter en bloc la gauche. Mais toutes ces voix des quartiers se structurent. Les prochains scrutins feront office de tests.


 

 

 
Reportage et photos : Claire Chaudière

Photo de couverture : © Pas sans nous

 


 

Les choix actu du Mouv', c'est tous les jours dans le Reportage de la Rédaction

Et abonnez-vous au podcast RSS et iTunes



Commentaires