Une appli de rencontres "ange ou démon"

Billet d'humeur Jeudi 17 avril 2014

On a encore trouvé personne pour résoudre le conflit israélo-palestinien, ni pour mettre d'accord pro-russes et pro-européens en Ukraine.  Mais pour arranger les plans culs des célibataires exigeants, y a du monde.

Et la tendance, on le sait bien, ce sont les applis de rencontre géolocalisées, histoire de pécho comme on va chercher son pain le matin, en bas de chez soi et l'haleine pas tout à fait fraîche.

Histoire surtout de ne pas craquer sur un mec qui habite Marseille quand on habite Dunkerque, ça fait cher la levrette, même en IDTGV.

Alors, il y a Tinder, Grindr, MeetMe ou encore BonjourBonjour. Et oui, ça existe, j'ai découvert ça, totalement par hasard. On s'incrit, on crée son petit profil, et on peut voir les célibataires présents dans le secteur. Une fois qu'on trouve quelqu'un qui nous plait, on lui écrit "bonjour, bonjour",  la personne en question répond "bonjour, bonjour", et paf c'est plié.

Si votre maman avait su qu'en vous inculquant les règles de base de la politesse, cela vous permettrait de vous faire bifler par un voisin, elle aurait surement été moins insistante. D'ailleurs, l'histoire ne dit pas si, pendant l'acte, les règles de savoir-vivre restent de mise:  genre "je peux vous la mettre s'il vous plait, s'il vous plait", "pardon pardon, mais votre pénis est dans mon oeil".

Tout ça c'est très bien, mais le problème de ces applis quand on regarde bien, c'est qu'elles créent du malentendu.

Une personne peut télécharger ce genre d'appli parce qu'elle cherche une belle rencontre, un dîner carpaccio à volonté au Bistro romain, un baiser chaste, et peut-être un mariage, deux enfants, et un crédit conso.

Tandis que pour d'autres personnes qui téléchargent ces applis, c'est TOI le carpaccio à volonté.

Du coup, comme tous les utilisateurs ne sont pas la avec les mêmes motivations, ça crée des quiproquos.

C'est comme ça par exemple que tu penses avoir rendez-vous avec l'homme de ta vie et que tu te retrouves avec un mec qui t'étale du yaourt au bifidus sur tout le corps alors qu'il ne connait même pas ton prénom et parce que c'est son truc

 

Et je précise que cette histoire n'est pas du vécu personnel. C'est arrivé à une amie. En revanche, un jour, je vous raconterai une sombre histoire de toastinette au cheddar.

Mais bref, il faut aussi savoir que tout cela n'est pas figé. Et c'est là que ça se complique.

Un soir, on peut être a la recherche du grand amour, et le lendemain être à la recherche d'une petite cartouche hygiénique. Quand on est célibataire, et qu'on passe ses soirées en tête à tête avec un chat, Faites entrer l'accusé et une tartine de hoummous, on sait qu'un petit plan cul inopiné, ça permet de rester digne. Evidemment, un certain degré d'alcoolisation peut également vous faire passer d'un état à un autre et transformer la petite soeur des pauvres en serpillère à foutre.

Vous connaissez la pub, il y a une appli pour tout, et ça se vérifie. Cette semaine, une nouvelle appli amour et sexe en effet été lancée en grande pompe et sans mauvais jeu de mot. Ca s'appelle HeavenlySinful, qu'on pourrait traduire par "ange ou démon", "romantique ou cochon" "je cherche l'amour ou je veux qu'on me casse le jean".

L'idée, c'est d'annoncer la couleur sur votre profil, de dire tout de suite si vous cherchez l'amour ou un simple plan cul. Alors comme la subtilité, c'est pour les nuls, si vous êtes heavenly, ça ajoutera des petites ailes d'anges à votre statut. Si vous êtes sinful, vous aurez droit à un trident rouge, suppôt de satan que vous êtes.

L'autre particularité, c'est que l'appli tient compte des changements d'humeur, vous pourrez donc changer ce statut à chaque connexion et passer de "je veux qu'on me fasse des câlins" à "je veux qu'on m'étale du yaourt sur les nichons".

Et cette appli, on aime bien et on aime pas.

D'un côté, elle permet d'être totalement transparent et donc d'éviter les quiproquos. D'un autre côté, elle ne tient pas compte d'une réalité. On peut être heavenly et sinful à la fois.

C'est à dire qu'on connait des couples bien établis, heureux, et qui te crachent leur bonheur à la gueule, alors que leur histoire à commencé par une fellation dans les toilettes d'un pub.

Preuve qu'il ne faut pas opposer amour et sexe sale.

Mais enfin, pour info, j'ai téléchargé l'appli et je suis d'humeur sinful aujourd'hui. Vous faites ce que vous voulez de cette information.

Commentaires