Un numéro de téléphone anti-relous

Billet d'humeur Jeudi 19 juin 2014

Réécoute
Un numéro de téléphone anti-relous
De quoi donner une petite leçon de féminisme aux garçons trop insistants.

 

Perrier est fou

En tant qu'être ovarien, et selon l'agence de publicité Ogilvy qui a commis la pub Perrier publiée hier sur YouTube, je devrais actuellement être avec mes copines en train de secouer mes cheveux et de faire comme si je parlais d'un pénis alors qu'en fait je parle d'une bouteille d'eau gazeuse.

 

Alors cette vidéo a crée une vive polémique sur Twitter. On l'a accusée d'être sexiste, dégradante, graveleuse, pas drôle. Et là désolée, mais je m'inscris en faux. Cette vidéo, c'est quand même une bonne nouvelle ! C'est  la preuve que ça y est : la cryogénisation, ça marche! On a visiblement ressorti Stéphane Collaro, Sacha Guitry, Vercingétorix et Bézu d'un congélo. Et on les a direct fait brainstormer sur une campagne de pub. Et ça c'est quand même une belle victoire pour la science...

 

Le numéro Anti-Relous

Mais retournons au sujet qui nous préoccupe aujourd'hui, ce qu'on peut appeler sobrement drague de rue, mais on verra dans un instant que l'expression "harcèlement de rue" voire "cancer de la place de la Bastille un samedi à 21h" est plus appropriée. Et je voudrais aussi en profiter pour souligner ici une énième inégalité homme femme criante et trop peu dénoncée.

Vous messieurs, quand vous marchez dans la rue, pour vous rendre d'un point A à un point B. Ben vous vous rendez d'un point A à un point B... Personne ne vous collera une main au cul, personne n'émettra d'avis sur la longueur de votre ourlet de pantalon, personne non plus n'évoquera l'idée que votre entrejambe ferait un beau garage pour sa bite. Bref, aujourd'hui, et c'est tant mieux pour eux, les hommes peuvent circuler sans qu'on vienne trop les emmerder.

Sauf bien sûr, si vous êtes un jeune adolescent Rom de Pierrefitte, là, vous pouvez finir en soins intensifs. Ca peut même provoquer un début d'érection chez un journaliste de Valeurs Actuelles.

Tandis que les femmes, elles, peuvent et sont régulièrement abordées quand elles circulent dans la ville. Les chiffres le prouvent: une femme sur cinq âgée de 18 à 29 ans a déjà essuyé des injures dans la rue, une sur dix a subi des caresses et des baisers non désirés et autant de menaces.

Le harcèlement de rue, ce sont des statistiques mais c'est aussi très documenté.

Un blog génialissime, qui a d'ailleurs donné un bouquin, publié chez Fayard et qui s'appelle Paye ta shnek fait compile les phrases que les femmes entendent dans la rue et c'est sourcé a chaque fois. On va en citer quelques unes.

Avant de te briser le cœur, j’aimerais bien te casser le cul


 

Eh mademoiselle t’es charmante ! Ça te dirait une glace à ma bite ?


 

Je peux te demander ta main ? … C’est pour me branler avec. »


 

Voilà, le harcèlement de rue, c'est ça! Mais ça peut aussi prendre la forme du bon gros relou qui exige ton 06. Et là aussi, ne nous voilons pas la face, quand un mec insiste vraiment beaucoup pour avoir ton numéro de téléphone, même quand tu dis que tu n'es pas intéressée, et ben ça prend rarement cette forme là:

 

On a quand même plus souvent droit à ça

 

Jusqu'à maintenant, quand un inconnu insistait très lourdement pour gratter un numéro la seule solution, c'était de refourguer un faux 06 inventé au débotté. Mais il y a une nouvelle alternative.

Le 669- 221-6251.

Ce numéro, c'est celui du "féministe phone intervention online". C'est un faux numéro mais qui donne sur une vraie ligne qui a été crée par une association féministe. L'idée c'est que le relou a qui vous avez refilé ce numéro et qui pense vous appeler, compose le numéro et tombe sur ce type de message préenregistré par une voix robotisée

Quand il y a de la domination, il n'y a pas de séduction


 

Ca calme. Et des fois qu'il aurait pas compris, il recevra aussi des sms avec des bonnes punchlines féministes lui apprenant à respecter une femme quand elle dit "non". Donc en gros, ce numéro va lui faire la misère.

Aussi triste que ça puisse paraitre, le premier jour de la mise en fonction de la ligne, des centaines d'hommes ont appelé. Ca peut également paraître radical comme solution, mais comme le disent les auteurs de ce service, si ce type de truc existe, c'est parce qu'on apprend très tôt aux filles a ne pas donner leur vrai numéro, parce que refuser de le donner, c'est parfois s'exposer à des violences, parce que sait-on jamais cette petite leçon express de respect des femmes peut un peu changer les mentalités.

Malheureusement, ce numéro n'existe pas encore chez nous, mais je conseille tout de même à nos auditrices de refourguer ce numéro en cas de relou

01 53 67 ** **

(c'est les relations publiques d'Ogilvy, auteur de la fameuse pub Perrier. Entre bourrins, ils devraient s'entendre) 

 


 

Suivez Nadia Daam sur Twitter

Tous les émissions "Le 12:30"

Abonnez-vous au podcast : RSS & iTunes

Commentaires