Un beau mois de décembre avec Djian

Plan B (best of) Samedi 20 juillet 2013

Réécoute
Plan B... pour Bonnaud
Frédéric Bonnaud reçoit Philippe Djian pour son livre Oh... (Gallimard).

Oh..., un livre de Philippe Djian chez Gallimard.

Décembre est un mois où les hommes se saoulent – tuent, violent, se mettent en couple, reconnaissent des enfants qui ne sont pas les leurs, s'enfuient, gémissent, meurent... »
"Oh..." raconte trente jours d'une vie sans répit, où les souvenirs, le sexe et la mort se court-circuitent à tout instant.

Philippe Djian est l’auteur de douze romans aux Éditions Gallimard. Les trois derniers s’intitulent Impardonnables, Incidences et Vengeances.

La chronique de Nathalie Crom dans Télérama.

Telle la pythie, elle ausculte parfois le ciel des yeux, comme pour déchiffrer les augures. « Le vol erratique d'un oiseau — si possible accompagné d'un cri perçant ou d'un croassement lugubre », ou un rayon de soleil qui, le soir, « vient étrangement me frapper en pleine figure en traversant le feuillage ». Que n'a-t-elle pris garde au message que lui ont adressé les dieux, ce jour d'hiver limpide où elle arrosait son jardin : « un nuage, d'une forme très explicite. J'ai regardé autour de moi pour voir s'il s'adressait à d'autres, mais je n'ai vu personne — et Dieu sait qu'il y a souvent une tondeuse ou un souffleur en action dans les parages ». Ce réflexe antique, archaïque, d'interprétation des signes est l'une des rares dispositions à l'irrationnel que manifeste Michèle, l'héroïne et narratrice de « Oh... », le nouveau roman de Philippe Djian. Pour le reste, elle est une femme réaliste et sans illusions, une femme vigilante aux nerfs solides, fermement de ce temps : la cinquantaine ou presque, divorcée, un amant, un grand fils de 25 ans qui s'attarde un peu longuement dans l'adolescence, un job dans le cinéma, une maison dans une banlieue résidentielle cossue, une façon sereine d'habiter la solitude. Voilà en tout cas pour la surface, lisse, prosaïque, ordinaire. Derrière laquelle, pourtant, est tapie toute une armée de démons assoupis, et le fameux nuage « d'une forme très explicite », auquel Michèle eût dû prendre garde, annonçait manifestement leur réveil imminent.

Vous pouvez lire la suite sur le site de Télérama.

 

Commentaires