Ukraine : le tour de force de Poutine en Crimée

Pendant ce temps, à Vera Cruz (old) Lundi 03 mars 2014

Réécoute
Ukraine : le tour de force de Poutine en Crimée
Une invasion sans coup de feu, sans violence, sans blessés. Depuis ce week-end la Crimée, l'une des régions ukrainiennes est passée sous le contrôle de la Russie. Une situation qui inquiète fortement la communauté internationale.

C'est une péninsule du sud de l'Ukraine, qui abrite la flotte russe de la mer noire. Ce week-end, les habitants de Crimée ont vu défiler des dizaines de blindés. Des milliers de soldats sans insignes bloquent les militaires ukrainiens dans leurs casernes. Dans la capitale Simferopol, le drapeau blanc-bleu-rouge flotte désormais sur tous les bâtiments officiels.



Dans cette région à majorité russophone, rares sont ceux qui critiquent publiquement cette prise de contrôle. Le pouvoir local semble se plier à la volonté de Moscou. Un nouveau premier ministre a d'ailleurs été rapidement installé. Avec lui, des milices d'autodéfense qui diffusent à souhait la propagande pro-russe.

Qui mieux que notre grand frère peut nous venir en aide ? Les russes ne veulent pas nous anexer, ils veulent simplement nous protéger, comme un grand frère.



Le peuple de Crimée applaudit ce "grand frère", qui les "protège" contre les partisans de la révolution, surnommés ici "les fascistes de Maïdan". Les voix discordantes sont rares et discrètes. Ljublja appartient au mouvement pro-Maïdan.

Je suis vraiment effrayée. Je ne porte plus sur moi le ruban aux couleurs de l'Ukraine, comme je le faisais depuis trois mois durant la révolution. J'ai peur de me faire agresser dans la rue. Avant je parlais ukrainien, maintenant je n'ose plus.


 

Tout cela inquiète la communauté internationale. Ce week-end l'ONU a envoyé son n°2 à Kiev. Demain mardi, le secrétaire d’État américain John Kerry devrait se rendre sur place. La nuit dernière, les ministres des finances du G7 se sont dits prêts à soutenir économiquement l'Ukraine. La chancelière allemande Angela Merkel dit avoir obtenu de Vladimir Poutine qu'ils discutent ensemble de la situation politique.

Reportage pour le Mouv' signé Alice Serrano. Mise en page : Sébastien Sabiron

Photos d'illustration : capture d'écran France 2 et cc Flickr par maistora


Parce qu'il y a toujours un Vera Cruz à l'autre bout du monde, retrouvez l'ensemble de nos reportages en cliquant par  !

Et abonnez-vous au podcast, RRS et iTunes.

Commentaires