Uber frise (encore) la catastrophe

L'actualité numérique Lundi 15 décembre 2014

Réécoute
Uber frise (encore) la catastrophe
Surveillée de près par les médias, l'appli de VTC a bien failli susciter à nouveau le scandale durant la prise d'otages de Sydney.

Décidément, Uber ne décolle pas de la case "polémique". Alors qu'une partie des taxis parisiens manifeste ce matin son mécontentement face à la décision du tribunal de commerce de Paris de ne pas interdire UberPop, l'appli de mise en relation entre voyageurs et conducteurs accusée de mettre la profession en péril, l'entreprise américaine a par ailleurs frôlé la catastrophe en Australie.

La presse mondiale a depuis cette nuit les yeux rivés sur le centre-ville de Sydney, et la prise d'otages en cours dans le quartier des affaires, forcément en pleine effervescence. Résultat : face à la demande pressante, le tarif des courses Uber a explosé, atteignant les 100 dollars australiens (66 €). Dans un premier temps, l'entreprise a justifié la hausse, sensée attirer les chauffeurs dans la zone.

 

 

Sauf que les internautes ont pris le relais, et que l'orage médiatique s'est une nouvelle fois mis à gronder. Dans un élan d'auto-préservation, Uber a donc rétropédalé de fort belle manière, annonçant que toutes les courses au départ du quartier seraient gratuites, et que les clients ayant déboursé les fameux 100 dollars seraient remboursés. Scandale évité, en attendant le prochain...


 

Retrouvez toutes les chroniques "L'actualité numérique"

> Abonnez-vous aux podcasts : RSS et iTunes

Commentaires