Typologie de la cuite

Idéalix Lundi 17 mars 2014

Réécoute
Dernières diffusions
Typologie de la cuite
Retour sur les plus belles mines musicales de ces dernières années. Choisissez votre camp !

 

Le "mono-drinking"

Pour vous, une soirée digne de ce nom mérite une préparation ascétique. Et vous savez bien que s'en tenir à un seul alcool tout au long de la nuit, c'est le secret des champions. Illustration en 1986 avec les Beastie Boys qui clament leur amour au brass monkey, ce cocktail composé de rhum, de vodka et d'orange très populaire auprès des collégiens qui veulent se la coller vite fait bien fait.

 

L'erreur d'interprétation

Il est un peu plus de dix heures dans le bar où vous vous trouvez quand tout à coup, retentissent les premières notes de Cigarettes & Alcohol d'Oasis, véritable hymne à la biture et à la débauche, à replacer toutefois dans le contexte de l'Angleterre ouvrière des 90's.

Ce que vous ne faites pas, car vous êtes un peu bourrés, donc vous aussi, vous vous mettez à penser que tout ce dont vous avez besoin, c'est de clopes, d'alcool et de drogues bordel.

Sauf que ça n'a jamais aidé personne à se lever le matin et que, comme on est lundi, demain vous bossez.

L'appel du large

Vous tenez bien l'alcool - enfin, c'est ainsi que vous aimez à vous décrire, en gardant vos pires souvenirs de cuite pour vous histoire de ne pas ternir votre image. Vous êtes donc une victime potentielle de ces charlatans (pour certains, vos potes) qui vous forcent à repousser toujours plus loin vos limites éthyliques en soirée.

Et c'est comme ça qu'on se retrouve à plonger dans des piscines d'alcool, qu'on commence à foirer son plan drague avec cette nana qui pourtant, a les yeux qui disent oui, et qu'on se retrouve à se faire un auto-sermon sur les ravages de l'alcool.

Pile comme Kendrick Lamar.

 

L'appel du Drive

Vous êtes rond comme une queue de pelle, car comme le disent poétiquement Orelsan & Gringe a.k.a. les Casseurs Flowters, vous avez bu à vous en pourrir la glotte (sic). Du coup, vous ne pensez qu'à une chose : MANGER.

Hé oui, malgré l'agréable sensation de satiété qu'elle procure, la Guinness ne vous nourrit pas plus que les quatre cacahuètes que vous avez grignotées. Pourtant, c'est souvent dans ces moments-là qu'on vous oppose cet adage contemporain, "manger c'est tricher". Chacun fait ce qu'il veut mais ne dit-on pas aussi que qui veut aller loin ménage sa monture ?

La cuite épiphanique

Si vous avez du talent pour un domaine artistique, ce paragraphe vous concerne, car on ne compte plus le nombre de chefs-d'oeuvre composés sous l'influence de l'alcool, ou des drogues, ou des deux. Les Palma Violets ont d'ailleurs écrit leur tout premier titre un soir de grosse cuite, dans le bus qui les ramenait chez eux. Ce bus, c'est le bus 14, qui a inspiré le brillant 14 qui clôt leur premier album en beauté.

Comme quoi, tout peut arriver.

 

 


Tous les épisodes d'Idéalix

Abonnez-vous au podcast, RSS & iTunes

Crédit Photo :

PaternitéPas d'utilisation commercialePartage selon les Conditions Initiales Certains droits réservés par ramenlover

Commentaires