Tunisie : les dissidents créent une web radio

Pendant ce temps, à Vera Cruz (old) Lundi 16 septembre 2013

Réécoute
Tunisie : les dissidents créent une web radio
En Tunisie, le parti Ennahda au pouvoir a réussi l'exploit de cristalliser contre lui toutes les forces d'opposition, pourtant divisées. A Tunis, devant l'Assemblée Constituante, le sit-in du mouvement "Errahil" ("Dégage") a désormais sa propre radio en ligne.


La naissance d'une radio, toujours un moment magique. Camille Lafrance y a assisté à Tunis. Cliquez ci-dessus pour écouter son reportage.

"Dégage !" l'interjection est devenue la marque des révolutions arabes depuis la chute de Ben Ali en janvier 2011. En Tunisie, l'apprentissage de la démocratie est sans cesse remis en cause par des assassinats d'opposants à Ennahda, porté au pouvoir par la révoltution de jasmin.

A Tunis, depuis le meurtre du leader d'opposition Mohamed Brahmi le 22 juillet dernier, des dizaines de personnes se relaient au sit-in de la place du Bardo (devant l'Assemblée Nationale Constituante), pour réclamer un gouvernement apolitique et la dissolution de la constituante.

Le sit-in Bardo à la fin du mois de juillet © Le Courrier de l'Atlas

 
Depuis la semaine dernière, les opposants ont désormais leur web radio : "Ra7hil" (Errahil = dégage) créée par des députés dissidents. Les locaux sont prétés par l'opposition, ils ont vue plongeante sur l'assemblée et les bénévoles de la radio campent sur place pour ne rien rater de ce qui s'y passe.

                                  Pour le moment Ra7hil fédère seulement 200 auditeurs par jour

Ra7hil est un conglomérat d'étiquettes politiques (centristes, extrème gauche, parti au pouvoir) à l'image de celle qui unit l'opposition depuis fin juillet au sein du Front de Salut National contre la coalition au pouvoir.

A travers cette collaboration, les partis d'opposition espèrent pouvoir s'entendre pour ne pas reproduire les erreurs du passé. Ils souhaitent proposer une véritable alternative démocratique à Ennahda lors des prochaines élections. Elections dont la date n'a toujours pas été fixée, près de 3 ans après la révolution de Jasmin.

Reportage pour le Mouv' de Camille Lafrance.

Commentaires