Trois choses à savoir avant de demander une augmentation

Prêt-à-l'emploi Vendredi 04 avril 2014

Réécoute
Trois choses à savoir avant de demander une augmentation
Chaque semaine, “Prêt-à-l’emploi” vous dévoile de bons conseils pour survivre dans le monde du travail.

Vous avez envie de demander une augmentation mais vous ne savez pas comment vous y prendre ? Ancienne DRH dans des grands groupes et consultante en gestion des ressources humaines, Sylvia Vico nous résume la méthodologie à adopter :

https://soundcloud.com/elodie-vialle/drh-sylvia-vico-augmentation

 

1/ Quand demander une augmentation ?

Dans toutes les entreprises, vous avez normalement la possibilité de demander une augmentation lors de l’entretien individuel annuel, qui est l’occasion de faire le bilan et de fixer vos objectifs pour l’année à venir.  

Vous pouvez aussi demander à votre employeur de “faire un point” - une bonne expression utilisée par les conseillers bancaires pour nous vendre de nouveaux produits - à un autre moment dans l’année.

Dans tous les cas, prévenez votre employeur de l’objet de l’entretien. Pas de surprise… ce ne sera pas apprécié.

2 / Comment préparer l’entretien ?


Inutile de dégainer d’entrée en disant : “je veux une augmentation”. Allez-y tout en douceur, en préférant une formule du type : “serait-il possible d’envisager une revalorisation salariale ?”

Choisissez les bons arguments; le fait d’être moins payé qu’un autre collègue qui fait le même travail que vous n’est par exemple pas un argument recevable.

 

Et oui, le monde du travail est injuste.

Listez précisément ce que vous avez accompli ; le nombre de clients apportés à la boîte, le chiffre d’affaires, les tâches qui ne sont pas dans votre fiche de poste initiale.

Précisez depuis combien de temps vous n’avez pas été augmenté. Si vous venez de gérer un gros dossier, ce ne sera pas un argument suffisant : dans ce cas, mieux vaut demander une prime, par exemple.

Enfin, vient le moment tant attendu : il faut annoncer vos fameuses prétentions salariales.

Respirez un grand coup, regardez votre supérieur dans les yeux, et annoncez le chiffre ( en brut, toujours).

 

 

 

3 / Que faire si l’employeur refuse de vous augmenter ?


Dans ce cas, demandez-lui d’étayer ses arguments :
- juge-t-il que vous n’êtes pas à la hauteur ?
- que vous ne “valez” pas mieux sur le marché de l’emploi ?

Essayer d’être réactif et de lui proposer de vous accorder d'autres avantages, qui n’entreront pas dans la même ligne de budget pour lui : une formation, des tickets restaurants, la possibilité de travailler à distance, etc.

Vous pouvez également évoquer la nécessité d'en reparler plus tard (précisez quand). Envoyez-lui un mail dans la foulée pour lui rappeler ses engagements.

Dans tous les cas, essayez. On peut (parfois) avoir de belles surprises.

 


 


> Retrouvez toutes les chroniques "Prêt-à-l'emploi"

> Abonnez-vous au podcast, RSS et iTunes

Commentaires