Tristesse Club

Rien à voir Mercredi 04 juin 2014

Réécoute
Tristesse Club
Le premier long métrage de Vincent Mariette réunit à la fois Vincent Macaigne (on aime), Ludivine Sagnier (on n'aime pas trop) et Laurent-Laffite-de-la-comédie-française (on n'est pas sûr). Et malgré cet improbable mélange, et bien c'est une réussite.

(Attention ceci est une critique cinématographique de haute volée) (à base de 'j'aime' / 'j'aime pas').

J'aime beaucoup Vincent Macaigne. La dernière fois que j'en ai parlé à ce micro c'était à l'occasion du film La bataille de Solferino. Donc en général, quand il y a un film avec lui, je n'hésite pas. C'est le cas cette semaine puisque sort Tristesse Club, le 1er long métrage de Vincent Mariette, avec Vincent Macaigne. Jusqu'ici tout va bien.

Oui mais voilà dans Tristesse Club, il y a aussi Ludivine Sagnier. Or, je n'aime pas beaucoup Ludivine Sagnier, qui s'est rendue coupable d'avoir joué dans Amour et turbulences, avec Nicolas Bedos, soit le pire film de l'année 2013. Le fait qu'elle partage l'affiche avec Vincent Macaigne, c'est un peu comme si j'apprenais que Marcel Proust sortait un livre d'entretien avec Jean-Michel Apathie. C'est un truc que mon cerveau a la plus grande peine à admettre. J'espère vraiment que ça n'arrivera jamais.

3ème acteur dans Tristesse Club : Laurent Lafitte de la comédie française. Et alors là, le problème que j'ai avec Laurent Lafitte de la comédie française, c'est que je lui trouve une ressemblance très troublante avec Michel Leeb. Voyez plutôt.

>

 

Et bien pour finir, Tristesse Club est un film élégant, drôle, soigné... et très bien joué. Par tout le monde.

Une chronique pour dépasser ses idées reçues.

 


 

 Retrouvez Elodie Emery sur Twitter

> Retrouvez toutes les chroniques

> Abonnez-vous au podcast, RSS et iTunes

Commentaires