Triste musique pour Soraïa

Le 12-13 Jeudi 21 juin 2012

Réécoute
Dernières diffusions
Une musique bien triste pour Soraïa
Dans le Midi 2, Ilan Malka est parti à la rencontre de l'équipe d'Atmosphériques: label indépendant et Renaud de Heyn pour la BD Soraïa chez Casterman

 

12h: Reportage d'Ilan Malka, qui a rencontré l'équipe d'Atmosphériques, il nous présentera les différentes étapes du processus d'accompagnement de l'artiste et les initiatives menées par ce label indépendant pour la Fête de la Musique.

 

12h15: Renaud de Heyn pour la BD Soraïa chez Casterman

Né à Bruxelles en 1972, Renaud De Heyn, formé à l’Institut Saint-Luc de Bruxelles, participe à la création de la maison d'édition indépendante La Cinquième Couche et y fait paraître la trilogie La Tentation, Carnet de voyage au Pakistan. Il a voyagé un peu partout dans le monde musulman et a passé deux années dans le nord du Maroc pour partager son expérience d'auteur et d'éditeur de bande dessinée aux Beaux-Arts de Tétouan. Après Vent debout, sa première contribution au catalogue de Casterman, la réalisation de son reportage La Route du kif pour  la revue XXI lui a donné envie de revenir sur son expérience marocaine avec le projet Soraïa (sortie le 2 mai 2012).
 
Mehdi et Soraïa, frère et sœur, survivent au sein d’une famille très pauvre de la région du Rif, au Maroc. Mais un coup du sort – la destruction par la police des plantations de haschich, unique ressource locale – contraint la famille à vendre Soraïa à des bourgeois de la grande ville de Tetouan.
Une destinée qui n’a rien d’enviable : surexploitée, humiliée, battue et en butte à la lubricité de son patron, la jeune fille devient vite l’une de ces esclaves modernes qui pullulent au Proche et au Moyen-Orient.

12h30: le Journal

 

12h50: La chronique Environnement d'Elisabeth Bonneau

 

13h: Les reportages de la rédac'

 

13h15: Le portrait de Jérôme Mesnager, père de « l’Homme en blanc », il est l’un des premiers peintres de rue parisiens, par Sandrine Vendel


13h30: le Club avec Nora Hamadi, Laurent Bachet et Claire Fournier

 

Commentaires