TRESORS

Rodéo sur Le Mouv' Jeudi 27 décembre 2012

Réécoute
Dernières diffusions
07/01/14 Newcomers
06/01/14 Black Yaya
TRESORS
Le duo parisien synthétique Trésors, qui allie la pénombre à la moiteur, vient créer une atmosphère puissante dans un Rodéo en fusion pour cette fin de semaine de fêtes !

 

TRESORS


Tout l'EP "Missionnaires" de Trésors en écoute ! (disponible sur Desire/Modulor)

 

Brut ou brute, c'est ainsi que l'on peut qualifier la première approche de Trésors à la musique électronique. Formé à Paris, par deux homonymes que tout semble séparer, le groupe nait sur un coup de tête, un coup de bluff. Les deux Adrien ayant passé les dernières années à écumer les scènes post punk et noise, débrancher les guitares pour toucher les noires et blanches des claviers semblent alors une hérésie. Après quelques hésitations, le duo trouve son équilibre et compose « Visionnaires » dans la pénombre d'un appartement parisien, un été caniculaire. En sort une musique synthétique et mélancolique, fragile, sur la frange de la danse et nourrie d'images sombres et rétro (Michael Mann, Blade Runner et Terence Malick en tête). S'ensuit des concerts aux côtés de Suuns, Casiokids, Puro Instinct, Teengirl Fantasy ou Toro y Moi.

Soudé par un périple initiatique en Israël puis une tournée passant par l'Europe et les USA, Trésors prend de l'assurance et puise dans ses nouvelles expériences une suite logique à ses premiers balbutiements. Marqué parfois par un passé lourd et omniprésent mais aussi des expériences de somnambulisme et des rêves récurrents et obsédants, « Missionnaires » écrit un nouveau langage propre au groupe. Conçu comme un album d'images sonores documentant un monde intérieur fantasmatique, les 6 morceaux composant le mini-album de Trésors évoquent des figures maudites de la culture pop (Roman Polanski), des fantasmes mystiques et prophétiques ou des histoires d'amours impossibles (Hiroshima mon amour), le tout souvent ponctué d'un second degré salvateur. Si Trésors a passé les six premiers mois de 2012 à produire les morceaux de « Missionnaires » à Paris, c'est  dans un entrepôt dans le ghetto de Baltimore que les deux Adrien trouvent refuge pour mixer leur album, aidé par Chester Gwazda, collaborateur de Dan Deacon et Future Islands. L'Américain et les deux français trouvent un langage commun entre expériences trippées, approche pop et puissance analogique. Hanté par les images de ses idoles 70's (Neil Young, Dennis Hopper Robert Wyatt) le groupe rappelle parfois quelques contemporains (Hot Chip, Liars dans sa frange la plus synthétique ou Caribou) mais ce sont surtout les aînés qui ont laissé des traces (Joy Division, The Sound ou Brian Eno).

Se méfiant des codes préconçus de la musique électronique et de la rigidité d'une production contemporaine souvent caricaturale, Trésors cherche son propre chemin qui mène au voyage là où beaucoup ne cherchent qu'à rentrer dans le moule.

Source : Desire

Le bandcamp de Trésors (avec de beaux remixes de "Alright Heavy Fuck")

 

Concerts :

28 DECEMBRE - LYON, LE SONIC

4 JANVIER - LILLE, LE ROUGE

25 JANVIER - PARIS, LA MECANIQUE ONDULATOIRE (DESIRE PARTY)

 


Commentaires