Transformers : Age of extinction : la Chine à tout prix ?

Les grossiers de l'écran (2013-2014) Lundi 14 juillet 2014

Réécoute
Dernières diffusions
Transformers : Age of extinction : la Chine à tout prix ?
Pourquoi le tournage du nouveau Transformers s'est-il en partie délocalisé en Chine ? Tout simplement parce qu'Hollywood fait de plus en plus les yeux doux à l'Empire du Milieu. Ok mais pourquoi ? On vous dit tout...

Si l'on vous reparle du dernier Transformers, ce n'est pas pour revenir sur le cas Michael Bay mais pour souligner à quel point la Chine est devenue un territoire crucial pour les blockbusters hollywoodiens.

 

Transformers 4 a été tourné en partie entre Pékin et Hong Kong, pas vraiment parce que le scénario ou la direction artistique l'exigeaient mais surtout parce qu'il s'agissait de s'attirer au maximum les faveurs du public et des autorités chinoises. La saga Transformers est extrêmement populaire en Chine et le second volet, dont une scène se déroule à Shanghai, avait déjà brièvement envoyé ses caméras sur place.

 

Pour le 4e opus, la Chine occupe une part bien plus importante dans l'intrigue du film et l'équipe s'est déplacée pendant deux semaines entières entre Pékin, Hong Kong et la province du Sichuan.

 

Une opération séduction visant à garantir à ce Transformers-là le statut de co-production américano-chinoise (ce qu'il a obtenu) et donc sortir dans des conditions financièrement plus avantageuses pour le studio Paramount. Depuis quelques années, la Chine est devenu un territoire incontournable pour les blockbusters américains, qui se plient en quatre pour gagner les faveurs de ce marché, par tous les moyens.

L'an passé, on se souvient peut être qu'Iron Man 3 avait inclus de façon totalement artificielle une sous intrigue en Chine et des personnages chinois (uniquement développés dans le montage local), afin d'obtenir ce fameux statut de co-production. Raté : les organismes d'Etat régulant l'exploitation des films en Chine lui ont refusé le précieux sésame et Iron Man 3 a dû se plier à une importation par le système des quotas, beaucoup plus restrictif et moins avantageux en terme de partage de recettes.

Quant à Transformers 4, un couac diplomatique de dernière minute avec l'un de ses partenaires chinois a bien failli retarder sa date de sortie en Chine (et donc faire perdre des dizaines de millions de dollars au studio Paramount). L'incident a heureusement été désamorcé in extremis, suite à une intervention en urgence des huiles du studio et de l'équipe du film, envoyée illico presto à Pékin pour arrondir les angles avec les propriétaires du palace plaignant. Que ne ferait-on pas pour soigner la sortie d'un film en Chine !

 

Abonnez-vous au podcast : RSS & iTunes

Commentaires