Tous espions ?

le Reportage de la Rédaction Mercredi 19 mars 2014

Réécoute
Dernières diffusions
Tous espions
Attention risque de grosse paranoïa ! Sarkozy-Buisson, Cahuzac et consorts... Des écoutes ou des enregistrements compromettants de politiques sortent quasiment tous les jours. Leurs auteurs ne sont pas vraiment des pros. Et on finit par se demander si c'est devenu banal d'enregistrer son prochain.

 

Se prendre pour un espion ? Facile aujourd'hui ! Dans le catalogue des outils à disposition, l'application magnéto ou disctaphone de votre smartphone, le logiciel qui pirate le téléphone de qui vous voulez (à condition de l'avoir eu en mains 5 minutes) ou celui qui géolocalise votre enfant. Sur le web ou en boutique, on peut même aller plus loin, avec des caméras planquées dans un bouton de chemise, une cravatte ou des lunettes. Prix accessibles (à partir de 50 euros) et bonne qualité technique: on en vend de plus en plus.

La clé de voiture caméra, impossible à repérer !

 

Tous espions ? En théorie c'est donc possible. En pratique, il n'y a pas 50 raisons d'espionner. La plupart ne sont pas vraiment valables : surveiller son conjoint, son enfant, sa nounou ou son collègue de travail. Mais il y a aussi ceux qui enregistrent les autres pour se défendre, comme Isabelle, victime de harcèlement sexuel au travail: "

Lors d'un déjeuner, je me suis eclipsée aux toilettes et j'ai allumé la fonction magnétophone de mon téléphone. Ensuite, j'ai laissé mon patron parler, en veillant à ce que nous soyions nommés, et j'ai donné l'enregistrement à la police qui en a fait un procès verbal.


 

Ce type d'enregistrements peut être recevable dans un procès pénal. On peut se retrouver attaqué en retour pour atteinte à la vie privée (jusqu'à un an de prison et 45 000 euros d'amende), mais les condamnations sont rares, explique Thomas Fourrey, avocat au barreau de Lyon.

 

Person Of Interst, la série qui n'aide pas les paranos

Tous espionnés alors ? Attention quand même à la paranoïa ! Stéphane Foirest, agent de recherche privé, reçoit chaque semaine des coups de fils de particuliers qui s'imaginent écoutés. Leur téléphone est peut-être piraté, mais dans 80% des cas, il n'y a aucun micro chez eux. Pour vérifier cela, il faut faire un balayage de contremesure - moyennant au minimum 1 500 euros. Mieux vaut bien réfléchir avant d'engager ces frais... ou alors on peut faire confiance à son prochain. C'est plus facile si on a rien à se reprocher.

 

L'espionnage, cette fois côté Etats, on en a parlé ici et sur lemouv.fr.

Reportage et photos : Marie Blondiau

 



Les choix actu du Mouv', c'est tous les jours dans le Reportage de la Rédaction.

 

Et abonnez-vous au podcast RSS et iTunes.

Commentaires