Toi aussi, construis un nouveau monde

World in Progress Samedi 10 août 2013

Réécoute
Toi aussi, construis un nouveau monde
Quand on était petits, à Noël, on recevait des Mako-moulages. On pouvait faire des figurines de Tintin qu'on peignait mal avec de la grosse gouache. C'était magique. Aujourd'hui, avec une imprimante 3D, on peut tout construire. Et beaucoup mieux.

 

Vous vous souvenez de la série Code Lisa ? Le rêve de tous les ados prépubères nineties en montée de sève : Wyatt et Gary, deux geeks fans de SF construisaient avec leur ordinateur in real life une bombasse cliché à souhait, qui prenait vie sous leurs yeux ébahis.

 

Générique de la série Code Lisa © USA Network, 1994

 

On n'en est plus très loin aujourd'hui. Avec les fab labs (pour "laboratoires de fabrication") qui se développent depuis quelques années, chacun peut construire en 3D à peu près tout ce qu'il veut, une maison ou une prothèse médicale. Nico Lassabe est le fondateur du fab lab Artilect de Toulouse.

 

Il a ouvert à Corinne Pélissier, de la rédac' du Mouv', la porte de son atelier magique :

Nico Lassabe au milieu de quelques objets de base © Corinne Pélissier, Le Mouv'

 

Le concept est né au M.I.T., l'institut de recherches du Massachusetts, à la fin des années 90. Chacun peut venir avec son projet, entrer son fichier dans un ordi, avec dimensions, mensurations, cotes, etc. Une fois que toutes les données sont numérisées, on imprime en 3D avec une imprimante spécifique. Elle ne marche pas avec de l'encre mais du plastique.

 

 

Les possibilités sont infinies. Accolées à ces imprimantes dingos, vous trouverez des machines en tous genres, des établis, des perceuses, tout ce qu'il faut pour fignoler son invention. C'est aussi un lieu de partages de connaissances. Les étudiants en archi adorent. Ils y passent des heures et s'échangent leurs meilleures astuces.

 

Archis attablés à l'établi © Corinne Pélissier, Le Mouv'

 

A quelques centaines de mètres de là s'est installée Digiteyezer, le seul photomaton 3D de France. Le même principe : une imprimante 3D, mais tout est automatisé. Vous n'avez qu'à placer votre tête dans un gros casque à mises-en-pli. Votre crâne est immédiatement numérisé. Vous pourrez ensuite choisir un costume et une figurine à votre effigie. Le paradis des égocentriques.

 

Didier Cholet, son photomaton 3D et quelques exemples de résultats © Corinne Pélissier, Le Mouv'

 

Didier Cholet, le PDG, y voit surtout un bon filon pour des boites touristiques ou des sociétés d'événementiel. On pourrait par exemple sculpter des figurines de futurs mariés pour décorer le sommet des pièces montées. "Poser le visage d'un proche sur un souvenir donne une dimension supplémentaire aux cadeaux."

 

Les plus enthousiastes parlent même d'une nouvelle révolution industrielle. La médecine pourrait utiliser cette technologie pour repenser les greffes, les prothèses. Et si le principe se démocratisait, on peut imaginer, à l'avenir, une imprimante 3D dans chaque foyer. Nico Lassabe, chez Artilect, est persuadé de vivre le début d'une nouvelle ère :

 

Nico Lassabe, fondateur du fab lab Artilect, à Toulouse © Corinne Pélissier, Le Mouv'

 

Nos ordis bâtiront-ils bientôt notre environnement ? Pour en parler, World in Progress reçoit David Forgeron, chargé de projet à la Cité des Sciences de La Villette à Paris, Laurent Ricard, co-fondateur du Faclab, le fab-lab de l'université de Cergy-Pontoise, et Romain Pouzol, responsable impression chez CKAB, une start-up parisienne tournée vers la 3D.

 

 

 

 

 

 

 

 

Reportage signé Corinne Pélissier (@CorinneLeMouv)

Commentaires